Roman policier.

Exemplaire publié en 2011,

aux éditions Point2.

772 pages.

Déceptions

Lorsque Ethan Muller met la main sur une série de dessins d’une qualité exceptionnelle, il sait qu’il va enfin pouvoir se faire un nom dans l’univers impitoyable des marchands d’art. Leur mystérieux auteur, Victor Crack, a disparu corps et âme, après avoir vécu reclus près de quarante ans dans une maison délabrée. Dès que les dessins sont rendus publics, la critique est unanime : c’est le travail d’un génie. Mais les ennuis commencent lorsqu’un flic à la retraite reconnaît sur certains portraits les visages d’enfants victimes des années plus tôt d’un mystérieux tueur en série. Ethan va alors se lancer dans une enquête qui va bien vite virer à l’obsession. C’est le début d’une spirale infernale à l’intensité dramatique et au coup de théâtre final dignes des plus grands thrillers.

Source: Externe

 

Publié chez Sonatine, J. Kellerman est un auteur qui m'intéressait beaucoup. Ce roman avait l'air très intrigant mais malheureusement, ça n'a pas marché avec moi...

 

Le style de l'auteur est plutôt fluide puisque j'ai lu les 770 pages en seulement deux jours... Cependant, J. Kellerman s'attarde énormément sur les descriptions et surtout sur l'Art et son histoire, thème principal du roman.

Ce thème aurait pu être intéressant mais n'étant pas une grande adepte de l'Art, je n'ai pas trouvé le sujet très bien abordé pour les novices : on nous parle de différents courants sans nous expliquer réellement ce qui les définit, on nous cite plusieurs artistes peu connus du grand public, etc.

 

Les personnages ne m'ont pas vraiment touché, notamment car il m'a manquait un approfondissement sur leurs personnalités. J'ai trouvé qu'on restait toujours en surface : même si l'on a l'impression que le Ethan se remet beaucoup en question, je n'ai pas ressenti beaucoup d'émotions.

Le seul protagoniste que je retiendrais est McGrath, le flic à la retraite malade qui ne veut pas lâcher l'affaire des meurtres d'enfants.

Victor est aussi marquant mais j'aurais aimé qu'on se focalise plus sur lui et son œuvre.

 

Malheureusement, le gros problème se trouve dans l'intrigue que l'éditeur nous promet. On est bien loin de l'enquête sur un tueur en série... Même si parfois, l'auteur nous donne quelques clés sur l'explication des dessins de Victor, c'est bien maigre sur la totalité du roman et j'en attendais énormément plus !

Les interludes, qui retracent le passé d'une famille et nous aident au fur et à mesure à faire la lumière sur l'enquête sont très intéressantes et tiennent le lecteur en haleine mais ne suffisent pas à résoudre l'enquête de bout en bout.

Le final reste assez flou : les grandes lignes sont assez claires mais il manque amplement de détails et de profondeur aux explications.

 

 

En bref, c'est une déception pour moi. Je m'attendais à un thriller et je n'ai finalement trouvé qu'un roman qui traite de l'Art dans lequel l'auteur insère une légère intrigue. Je voulais beaucoup plus de détails sur les dessins, leurs buts et leurs significations, plus de détails sur la psychologie des personnages et notamment de Victor, etc. Trop de choses m'ont manqué.

  

 

Cette lecture m'a permis de participer au French Read-A-Thon de février 2015,

au challenge ABC 2015, lettre K.

Source: Externe

et au challenge gourmand, le chocolat : «Au chocolat, s'i'ou plaît.»

Source: Externe

 

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteur

 

 

Site de l'auteur

 

 

 

Source: Externe

Source: Externe

 

 

 

 

romans_policiers