A la croisée des mondes, tome 1.

Fantasy.

Exemplaire publié en 2007,

aux éditions Folio.

533 pages.

Ce n'était pas une vie ordinaire pour une jeune fille de onze ans : Lyra vivait, en compagnie de son daemon Pantalaimon, parmi les Érudits de Jordan Collège, passant ses journées à courir dans les rues d'Oxford à la recherche éperdue d'aventures.
Mais sa vie bascule le jour où elle entend parler d'une extraordinaire particule. D'une taille microscopique, la Poussière que l'on trouve uniquement dans les vastes étendues glacées des Royaumes du Nord est censée posséder le pouvoir de briser les frontières entre les mondes, un pouvoir qui suscite effroi et convoitises...
Jetée au cœur d'un terrible conflit, Lyra sera forcée d'accorder sa confiance aux gitans et à de terribles ours en armure. Et, lors de son périlleux voyage vers le Nord, elle devra découvrir pourquoi son propre destin semble étroitement lié à cette bataille sans merci où s'opposent des forces que nul ne l'avait préparée à affronter.

Source: Externe

 

Je ne lis pas souvent de fantasy mais cette histoire me tentait beaucoup. De plus, je partais tout à fait à l'inconnu car je n'ai pas vu le film.

 

Le style de l'auteur est très agréable et fluide. Conseillé à partir de 9 ans, l'écriture n'est pas si simple que ça et quelques mots difficiles m'ont moi-même fait buter sur la phrase...

Cependant, ce roman de plus de 500 pages se lit très vite.

J'ai aimé le fait que P. Pullman mêle le monde réel à son univers fantastique : on découvre un monde rempli de magie ancré dans un Londres qui a existé. C'est très bien joué puisque le lecteur n'est pas totalement dépaysé dès le départ, ce qui lui permet de prendre ses marques en douceur.

 

Le lecteur suit Lyra, le personnage principal d'une dizaine d'années. Elle a un caractère fort et ne se laisse pas marcher sur les pieds. Je l'ai beaucoup aimé et son parcours est très intéressant.

J'ai bien sûr adoré Iorek, l'ours en armure, qui n'arrive qu'en deuxième partie de roman. Il a lui aussi une histoire atypique qui le rend touchant malgré ses airs de dangereux carnivore.

Les autres personnages sont moins mis en avant mais servent l'intrigue puisque c'est grâce à eux que Lyra va pouvoir vivre cette aventure.

J'ai eu cependant un peu de mal à comprendre le fonctionnement des daemons : l'auteur ne nous explique pas clairement le lien qui les unit à leur Humain, le lecteur doit donc le découvrir au fil des pages et des interactions notamment entre Lyra et son daemon Pantalaimon.

 

J'ai trouvé l'intrigue principale de la Poussière intéressante puisque P. Pullman a choisi d'exploiter le domaine scientifique. Encore une fois, il noue le monde réel et ses manifestations naturelles comme les aurores boréales au monde fantastique. Cette histoire sera le fil rouge des trois tomes et même si on en apprend pas mal dans ce premier volet, il semble que l'auteur nous réserve pas mal de surprises.

Le problème des Enfourneurs est également surprenant mais bien traité. La fin du roman clôt cette enquête mais le doute plane quand même sur l'avenir de ces recherches.

Le deuxième tome promet donc encore pas mal d'action !

 

En bref, un premier tome très intéressant car P. Pullman arrive à poser les bases de son univers tout en développant une intrigue complexe et une enquête parallèle prenante. J'ai trouvé que ce livre jeunesse avait tout les codes d'un roman fantastique adulte et je pense que c'est un bon compromis pour les lecteurs novices ou en tout cas pour ceux qui veulent découvrir le genre littéraire en douceur (comme moi!).

 

 

Cette lecture fait partie de ma PAL d'Hiver 2014/2015 et me permet de participer au challenge des 170 idées, n°60 : une saison.

Source: Externe

au challenge ABC 2015, lettre P.

Source: Externe

et au challenge gourmand, le chocolat : «- Tu aimes le chocolat ?»

Source: Externe

 

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteur – Les autres tomes de la saga

 

 

Site de l'auteur Site des éditions Folio

 

A lire ou à voir ? A lire.

 

Source: Externe

Source: Externe

 

 

 

fantasy