Tome 1 : Cessez d'être la proie, devenez le chasseur.

SF Jeunesse.

Exemplaire publié en 2013,

aux éditions Michel Lafon.

345 pages.

Gene est l'un des derniers humains sur Terre. Son seul moyen de survie : se faire passer pour l'un de ses prédateurs. Ne pas rire, ne pas transpirer, ne pas montrer qu'il est un «homiféré». Cela fait dix-sept ans qu'il se fond parmi ceux qui n'hésiteraient pas à le tuer s'ils découvraient sa véritable nature.

Chaque décennie, le gouvernement organise un immense jeu où une poignée de privilégiés peuvent pister et dévorer les rares humains retenus en captivité pour l’événement. Sélectionné pour traquer les siens, Gene ne peut commettre le moindre faux pas. D'autant qu'une mystérieuse fille éveille en lui des sentiments qu'il n'a pas le droit d'avoir. Des sentiments qui pourraient le trahir.

Gene a la rage de vivre... mais vaut-elle le prix de son humanité ?

Source: Externe 

Même si la nature des nouveaux Humains me faisait un peu peur, j'ai justement craqué pour l'aspect horreur que le résumé et la phrase d'accroche annonçaient.

 

Le roman est orienté jeunesse donc la lecture est très fluide malgré les chapitres assez longs et denses.

La narration à la première personne est basique et marche plutôt bien pour plonger le lecteur dans l'ambiance et le nouvel univers qu'il découvre.

 

Les personnages sont attachants notamment Gene car c'est lui que l'on suit dès le départ. De plus, sa situation est anxiogène et nous plonge directement dans les difficultés qu'il rencontre dans sa vie.

Cependant, les protagonistes ne m'ont pas paru très originaux : le schéma gentils contre méchants est banal.

Le résumé annonce une nouvelle population avec des traits similaires à des vampires : absence de sentiments et d'émotions, intolérance à la lumière, alimentation se résumant à du sang et de la viande, etc.

Je ne suis vraiment pas fan des vampires, notamment la «nouvelle génération» de vampires instaurée par la folie Twilight mais finalement, cet aspect reste assez discret dans le récit.

 

Et c'est en fait bien là le problème. La mythologie que l'auteur a voulu inventer n'est pas assez développée : dans quelle époque sommes-nous puisque l'on utilise des tablettes tactiles mais que l'on se déplace à cheval ? Comment en sommes-nous arrivés là puisque les «Homiférés» (soit les Humains comme vous et moi) n'existent quasiment plus et qu'ils sont parfois cités comme une sorte d'évolution à la manière de Cro-magnon ?

J'aurais préféré avoir plus de détails sur l'univers en lui-même, quitte à réduire un peu les passages sur l’entraînement à la Traque...

Malheureusement, le côté horreur que j'attendais n'est pas non plus à la hauteur de mes exigences. Je n'ai pas trouvé que le récit faisait peur, certes, il y a du suspense vers la fin mais à aucun moment je n'ai été angoissé ou stressé par l'action.

 

 

En bref, l'univers crée par A. Fukuda semble intéressant mais est sous-développé. De même, j'espérais plus de moments de frayeur et d’inquiétude... Un premier tome un peu trop gentil finalement.

 

 

Cette lecture me permet de participer au challenge des 170 idées, n°2 : une lampe.

Source: Externe

 

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteur – Les autres tomes de la saga

  

Site de l'auteur Site des éditions Michel Lafon

 

 

Source: Externe

Source: Externe

 

 

 

 

SF

litt_rature_jeunesse