Tome 1 : L'amour est une arme.

SF Jeunesse.

Exemplaire publié en 2012,

aux éditions Robert Laffont,

Collection R.

366 pages.

Déceptions

Dans une société souterraine ou toute émotion a été technologiquement éradiquée, Zoe possède un don qu'elle doit à tout prix dissimuler si elle ne veut pas être pourchassée par la dictature en place.

L'amour lui ouvrira-t-il les portes de sa prison ?

Il y a deux siècles de cela, l'humanité a payé au prix fort ses appétits démesurés lorsque le feu de mille armes nucléaires a littéralement rasé la surface de la planète. Sous terre, au sein de la Communauté, la souffrance et la guerre ne sont plus que de lointains souvenirs : des puces implantées dans le cerveau de ses membres ont permis d'éradiquer enfin toutes ces émotions qui ont bien failli mener les hommes à leur perte.
Lorsque la puce de Zoe, une adolescente technologiquement modifiée, commence à glitcher (bugger), des vagues de sentiments, de pensées personnelles et même une étrange sensation d'identité
menacent de la submerger. Zoe le sait, toute anomalie doit être immédiatement signalée à ses Supérieurs et réparée, mais la jeune fille possède un noir secret qui la mènerait à une désactivation définitive si jamais elle se faisait attraper : ses glitches ont éveillé en elle d'incontrôlables pouvoirs télékinésiques...

Source: Externe

 

Ma première lecture de la collection R... J'en serais presque émue... Si ce n'était pas une petite déception.

 

Comme on peut s'y attendre, le style de l'auteur est simple, agréable et fluide. Les pages se tournent vite même si j'ai trouvé le début un peu long. Paradoxalement à ce sentiment, j'ai également trouvé que l'auteure nous balançait dans son univers sans vraiment d'explications : dès les premières lignes, on parle de «glitch» et à nous de déduire le sens de ce mot si, comme moi, on ne lit pas forcément le résumé avant de commencer sa lecture.

 

Les personnages sont sympathiques à suivre même si certaines de leurs réactions sont assez adolescentes et un peu trop hâtives dans le monde qui les entoure.

Cependant, j'ai été assez surprise du travail sur la personnalité de Max, qui est loin d'être un personnage secondaire banal et spectateur comme je le pensais au départ.

J'ai par contre un gros souci avec le triangle amoureux développé dans ce premier tome : pour moi, il prend vraiment trop de place par rapport à l'intrigue. Quelques passages m'ont paru niais et sans intérêt.

 

Dans l'ensemble, l'histoire de base ainsi que l'univers créé ne sont pas assez travaillés. Je pense (et j'espère) que l'auteure a une vraie bonne idée avec ce monde souterrain, contrôlé par les Supérieurs où les citoyens sont tout simplement traités comme des esclaves. Malheureusement, je n'ai pas assez de détails pour le comprendre entièrement et j'ai encore beaucoup trop de questions à la fin de ce roman concernant le passé.

La deuxième partie du livre accélère un peu et le dénouement est intéressant, majoritairement grâce aux révélations sur les différents personnages.

 

En bref, l'univers créé par H. Anastasiu m'attirait particulièrement. Malheureusement, elle a préféré s'attarder sur un triangle amoureux qui ne m'a pas totalement convaincu et je reste sur ma faim concernant le monde que j'ai entr'aperçu.

 

 

Cette lecture me permet de participer à la LC organisée sur le forum des Fêlés des LC

Source: Externe

et au challenge ABC 2015, lettre A.

Source: Externe

 

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteurLes autres tomes de la saga

 

 

Site de l'auteur Site des éditions Robert Laffont

 

  

Source: Externe

Source: Externe

 

 

 

 

 

 

SF

litt_rature_jeunesse