Roman policier.

Exemplaire publié en 2013,

aux éditions Pocket.

573 pages.

Lyse-Rose ou Emilie ? Quelle est l'identité de l'unique rescapé d'un crash d'avion, un bébé de 3 mois ? Deux familles, l'une riche, l'autre pas, se déchirent pour que leur soit reconnue la paternité de celle que les média ont baptisée Libellule. Dix-huit ans plus tard, un détective privé prétend avoir découvert le fin mot de l'histoire, avant d'être assassiné, laissant derrière lui un cahier contenant tous les détails de son enquête.

Du quartier parisien de la Butte-aux-Cailles jusqu'à Dieppe, du Val-de-Marne aux pentes jurassiennes du mont Terrible, le lecteur est entraîné dans une course haletante jusqu'à ce que les masquent tombent...

Source: Externe

 

Très contente de mes deux premiers romans de l'auteur, je continue sa découverte.

 

Le style de l'auteur est toujours très fluide et agréable à lire.

Dans ce roman, le lecteur alterne entre le présent et un journal intime retraçant les dix-huit années d'enquête de Grand Duc, le détective privé. L'ensemble est prenant car le découpage est fait de telle manière qu'il nous faut la suite immédiatement.

 

Bizarrement, je ne me suis pas attaché aux bons personnages : Marc et Émilie ne m'ont pas vraiment touché... Surtout Émilie d'ailleurs, que je n'ai pas réussi à cerner dans les rares passages où on la découvre aujourd'hui.

C'est Malvina que je crois avoir préféré. D'abord parce qu'elle assez dérangée quand même mais surtout car sous ses airs de folle, j'ai eu l'impression que cette histoire la touchait réellement et qu'elle aurait voulu être plus présente.

Je reste sceptique sur la personnalité de Grand Duc qui, à cause des révélations de la fin, me semble plus sombre que l'auteur nous la laisse percevoir.

Dans l'ensemble, j'aurais aimé que l'on s'attarde sur les différents personnages au lieu de rester concentré sur la quête de Marc... L'histoire aurait été totalement différente mais je reste sur ma faim concernant certains protagonistes.

 

L'intrigue est très intéressante et bien menée. Le lecteur croit avoir compris jusqu'au moment où M. Bussi vient tout remettre en question avec un nouvel indice.

Quelques révélations m'ont complètement surprise car je ne m'y attendais pas du tout. Comme la plupart du temps, les personnages sont décrits du point de vue de Marc, ou alors de celui du détective dans son journal, il est parfois difficile de s'imaginer des personnalités différentes et parfois même à l'opposé de ce que l'on s'imaginait.

Le dénouement m'a beaucoup plu également : j'avais quelques éléments mais j'étais encore très loin de m'imaginer ce que l'auteur nous réservait.

L'épilogue est très bien écrit. J'ai eu peur d'une fin trop fleur bleue et dégoulinante de bons sentiments malgré tous les rebondissements de l'histoire et finalement, Bussi a su mettre une touche d'humour qui fait passer la pilule.

 

En bref, encore un très bon roman signé Michel Bussi. Chacune de ses histoires est unique et surprenante, celle-là ne déroge pas à la règle. À découvrir tout simplement !

 

  

Ce roman me permet de participer à la LC organisée sur Livraddict, 

au challenge des 170 idées, n°19 : quelque chose qui se fabrique.

Source: Externe

et au challenge gourmand, le thé : «Je le rassurai tout en trempant mes biscuits dans le thé bouillant.»

Source: Externe

 

 

Du même auteur, sur le blog :

N'oublier jamais

Nymphéas noirs

Ne lâche pas ma main 

Maman a tort

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteur

 

  

Site de l'auteur Site des éditions Pocket

 

  

 

Source: Externe

Source: Externe

 

 

 

romans_policiers