Roman historique.

Exemplaire publié en 2000,

aux éditions Le Livre de Poche.

572 pages.

À neuf ans, dans le Japon d'avant la Seconde Guerre mondiale, Sayuri est vendue par son père, un modeste pêcheur, à une maison de plaisir de Kyoto.

Dotée d'extraordinaires yeux bleus, la petite fille comprend vite qu'il faut mettre à profit la chance qui est la sienne. Elle se plie avec docilité à l'initiation difficile qui fera d'elle une vraie geisha. Art de la toilette et de la coiffure, rituel du thé, science du chant, de la danse et de l'amour : Sayuri va peu à peu se hisser au rang des geishas les plus convoitées de la ville. Les riches, les puissants se disputeront ses faveurs.

Elle triomphera des pièges que lui tend la haine d'une rivale. Elle rencontrera finalement l'amour...

Source: Externe

 

«La douleur est une chose étrange. Nous ne pouvons rien contre elle. Pour moi, elle évoque une fenêtre qui s'ouvre à son gré. La pièce se refroidit, on ne peut que frissonner. Mais la fenêtre s'ouvre un peu moins chaque fois. Et un jour, la douleur s'est envolée.»

 p. 353

 

Ce titre est désormais devenu un classique. Je ne pouvais pas passer à côté de l'occasion de le découvrir.

 

Le récit est conçu comme une sorte de mémoire de Sayuri. Elle nous parle de sa vie au Japon, les anecdotes marquantes de sa vie de geisha.

Cela permet au lecteur de s'immiscer dans son intimité mais j'ai quand même trouvé quelques longueurs.

 

On s'attache forcément à Sauyri, née Chiyo, car sa vie est loin d'être un long fleuve tranquille. Pauvre fille de pêcheur vendue par son père, elle n'a pas eu énormément de chance dans son enfance mais son histoire montre que, finalement, on peut s'en sortir si on le veut vraiment.

Les autres personnages sont un peu moins proches du lecteur mais on ne peut pas s'empêcher de détester Hatsumomo et Mère, profiteuses et manipulatrices.

 

J'ai beaucoup aimé découvrir la vie d'une geisha : je ne connaissais pas du tout leurs mode de vie car je ne m'intéresse pas vraiment à l'Histoire du Japon mais ces femmes si particulières m'ont toujours intrigué. Je ne pensais pas que devenir geisha demandait autant de sacrifices et d'obstination.

L'auteur réussit également à retranscrire les Japonais discrets, pudiques et superstitieux.

Ce livre est avant tout un vrai document sur les geishas des années 1920 à 1950. Cependant, le côté biographique permet de laisser de côté l'impression didactique d'un roman historique et d'insérer des émotions et un point de vue en plein cœur du contexte.

 

En bref, ce roman est une jolie découverte. C'est un bon moyen de découvrir un mode de vie méconnu et souvent mal jugé sans avoir l'impression de lire un documentaire. Le personnage principal est touchant et amène une notion d'humanité qui allège le récit.

 

 

Ce roman me permet de participer à la LC organisée sur le forum des Fêlés des LC.

Source: Externe

au challenge gourmand, le thé : «Nous avons installé des tables avec du thé pour les visiteurs, […].»

Source: Externe

 

  

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteur

 

 

Fiche Babelio de l'auteur Site des éditions Le Livre de Poche

 

  

Source: Externe

Source: Externe

 

 

 

 

 

Litt