Quincy & Rainie, tome 6.

Roman policier.

Exemplaire publié en 2011,

aux éditions France Loisirs.

522 pages.

A Atlanta, des prostituées disparaissent sans laisser de trace. La seule à s'en soucier : l'agent du FBI, Kimberly Quincy. Mais enquête-t-elle sur des meurtres imaginaires ou sur des crimes parfaits ?

Source: Externe

 

J'avais beaucoup aimé mon premier essai avec l'auteure, j'ai donc voulu réitérer.

 

Lisa Gardner a choisi d'alterner entre des chapitres de récit concernant l'enquête et des chapitres à la première personne, plus mystérieux. J'aime beaucoup ce procédé car lorsque l'enquête démarre ou s’essouffle, ces passages permettent de maintenir le suspense et de renouveler les questions dans la tête du lecteur.

 

J'ai donc attaqué avec le tome 6 des aventures des enquêteurs Quincy et Rainie... J'avais peur d'avoir des lacunes sur les péripéties des précédents tomes mais finalement, je n'ai eu aucun souci. En effet, Quincy (père) et Rainie n'arrive pas tout de suite dans le roman et on se concentre sur la fille Kimberly et son mari. On comprend bien que les personnages traînent des dossiers derrière eux mais cela ne perturbe pas l'enquête avec des insinuations trop fréquentes. Cependant, cela m'a donné envie de commencer du début pour connaître le cheminement de cette famille.

Kimberly est assez attachante malgré son «handicap» (Caro me comprendra si elle l'a lu) car elle ne se focalise pas dessus et préfère justement continuer à travailler comme elle l'a toujours fait.

 

L'intrigue m'a paru un peu longue à démarrer au départ car les premiers indices mettent du temps à arriver. On nage un peu dans le flou pendant un bon quart du roman.

Le méchant est intéressant à suivre, encore plus lorsque l'on comprend l'origine des chapitres au narrateur mystère... C'est assez pervers et malsain, tout ce que j'aime. Sa petite particularité ne m'a pas forcément fait de l'effet puisque ce n'est pas vraiment quelque chose qui m'effraie : je pense que les phobiques auront par contre des sueurs froides lors de certaines scènes.

Le dénouement est plutôt inattendu car certains indices nous permettant de comprendre ne nous sont révélés qu'assez tard dans le récit. Ce petit détail rajoute un niveau supplémentaire à l'ambiance déjà bien lourde.

L'épilogue est également bien écrit et pertinent, notamment la deuxième partie.

 

En bref, Lisa Gardner a encore une fois réussi à me captiver avec une intrigue bien ficelée et des personnages au destin atypique. On retrouve l'ambiance noire d'un bon thriller, il ne m'en faut pas plus pour apprécier.

 

Ce roman a été lu à l'occasion du Weekly Book Color Challenge de janvier 2016.

Il me permet de participer au challenge L'auteur du mois de Janvier 2016.

Source: Externe

 

Du même auteur, sur le blog :

D.D. Warren, tome 2 : Sauver sa peau

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteurLes autres tomes de la saga

 

Fiche Babelio de l'auteur Site des éditions Le livre de poche (édition de 2013)

 

Source: Externe

Source: Externe

 

 

 

 

romans_policiers