Cet article me permet de vous parler des livres que j'ai lus mais auxquels je n'ai pas le temps de consacrer une chronique complète et détaillée comme d'habitude. Je vous présenterais donc ces œuvres en quelques mots...

 

coups de vent

 

Vengeances de P. Djian

Folio - 208 pages

 

Un matin, dans le métro, Marc ramasse une fille au bord du coma éthylique et la ramène chez lui. Quelques heures plus tard, elle a disparu.

Qui est-elle ? Pourquoi a-t-elle tout cassé dans sa maison ? Pourquoi éprouve-t-il, immédiatement, le besoin de la revoir ?

Vengeances raconte l'histoire de cette collision imprévue... qui va se révéler ne rien devoir au hasard.

 

J'avoue être perplexe sur cette lecture : soit je n'ai pas su lire entre les lignes, soit il n'y a rien à en tirer... Vues les critiques sur Amazon, je ne suis pas la seule, ça me rassure.

Le mystère annoncé dans le résumé est résolu dès les premières pages et la suite n'est que l'énumération des divers excès de la bourgeoisie parisienne vieillissante (pour moi, le fait de se droguer et baiser à tout va après 40 ans relève plus de la pitié que de l'esprit de rébellion).

Apparemment, ses autres titres sont mieux... à voir donc.

 

Littérature comtemporaine - Publié chez Folio - 208 pages.


 

Sans attache de T. Moral

Source: Externe

 

On pourrait définir Alex par soustractions. Alex n'est pas bavard, il n'a pas souvent faim. D'ordinaire, il n'est guère nerveux. D'ordinaire. Mais les règles de vie qu'il s'impose ne sont pas une assurance faux-pas. Et sa famille ne semble guère être en mesure de l'aider. Le mur s'approche. Mais Alex est de ceux qui disent: «Jusqu'ici, ça va».

 

Le style de l'auteur est très agréable à lire. Parfois, le langage utilisé est un peu familier, notamment dans les dialogues mais sans que cela devienne gênant.

Le personnage principal est attachant et touchant dans sa solitude assumée mais pas forcément épanouie.

En ouvrant le roman, je m'attendais à de la violence mais c'est en réalité un récit poignant.

La maladie évoquée dès le départ est révélée dans les dernières phrases, faisant la lumière sur toutes les allusions qu'Alex y fait et rendant sa vie encore plus tragique.

Mon seul regret sera de n'en avoir pas eu assez !

 

Littérature contemporaine - Publié chez Atine Nenaud - 118 pages


 

Sombres créatures de D. Allyn

Source: Externe

SORTIE POCHE LE 13.07 CHEZ POCKET

Un pit-bull femelle totalement déchiqueté trouve encore l’incroyable force de se relever.
Le labrador d’une famille juive est marqué au fer rouge d’une croix gammée.

Crimes sanglants et faits divers violents… Qui sont vraiment les sombres créatures auxquelles le Dr David Westbrook, vétérinaire récemment sorti de prison et dévoué aux causes perdues, est confronté dans le comté d’Algoma, au cœur du Michigan ?

Contient 8 nouvelles : "Franken Cat", "Chien écrasé", "Rituel animal", "Au royaume des chiots", "Les plages du Paraguay", "Le sauvage des cèdres", "Crippen, Landru et Carlos Palomino" et "Le couloir de la mort".

 

Ce n'est pas forcément évident à la lecture de la quatrième de couverture mais ce roman est en réalité un recueil de nouvelles autour d'un même personnage, le vétérinaire David Westbrook.

Le lecteur va découvrir différents moments de vie du Docteur dans un ordre non chronologique : c'est assez déroutant car j'ai l'impression que les aventures du personnage se déroule dans un intervalle d'une dizaine d'années mais sans vraiment savoir où se situe chaque nouvelle.

L'ensemble des nouvelles a un rapport avec les animaux, en particulier les chiens, exceptée Les plages du Paraguay. David est à chaque fois embrigadé dans une enquête au côté du shérif du comté : certains passages ne sont pas forcément crédibles par rapport aux actes de David et à son implication dans les affaires policières mais toutes sont prenantes. Je retiendrais notamment :

  • Chien écrasé, pour le personnage de Le Bœuf

  • Au royaume des chiots, émouvante grâce à l'amour indéfectible d'un chiot malade pour sa maîtresse malade

  • et Le couloir de la mort, traitant des chiens de combat et de la vie en refuge, thème qui me touche particulièrement. C'est la nouvelle qui m'a semblé la plus violente et la plus dure.

Si, vous aussi, vous craquez pour la bouille de la couverture, sachez que cette photo fait partie du travail (remarquable) de Traer Scott et plus particulièrement de son livre Shelter Dogs consacré aux animaux vivant en refuge ou dans la rue. Jetez un oeil à son portfolio ICI ! Je trouve d'ailleurs dommage que les éditions Pocket n'ait pas repris cette couverture pour leur exemplaire poche...

 

Nouvelles Thriller - Publié chez les éditions Télémaque (Coll. Entailles) - 316 pages

 

 

Les avez-vous lu ? Qu'en avez-vous pensé ? 

 

 

 

 

coup_de_vent_couv