Source: Externe

 

Dès leur arrivée dans Snowfield, petite station de montagne sans histoires, Jenny et sa sœur Lisa ont ressenti une impression de calme étrange, surnaturel. Le premier cadavre qu’elles découvrent dans la maison, c’est celui d’Hilda, la femme de ménage...

Les yeux exorbités d’horreur, figée dans un cri, la chair noircie et boursouflée. La demeure voisine est déserte, le souper encore chaud sur la table, la chaîne stéréo jouant une symphonie de Beethoven...

Terrorisée, les deux jeunes femmes se précipitent à la boulangerie pour y chercher du secours : sur le comptoir, deux mains tiennent les extrémités d’un rouleau à pâtisserie ; Deux mains humaines tranchées.

Un frisson glacé parcourt la nuque de Jenny et de Lisa. Tapi dans l’obscurité, quelqu’un ou quelque chose les épie.

 

Frise

 

C'est une relique de ma PAL, j'ai décidé d'enfin l'en sortir pour me préparer gentiment à Halloween.

 

J'ai apprécié la plume de Dean Koontz : le texte peut paraître dense au départ car il y a pas mal de descriptions des lieux mais on se rend finalement compte que les dialogues sont aussi très présents. La lecture se fait facilement grâce à l'ambiance oppressante de huit-clos qui s'instaure rapidement.

 

Il y a de nombreux personnages puisque le lecteur va se retrouver comme prisonnier de Snowfield et évoluer avec les quelques survivants. J'avoue que certains sont restés assez flous dans mon esprit, notamment les différents policiers qui se télescopaient entre eux souvent.

Jenny et sa sœur sont attachantes, surtout Lisa d'ailleurs : adolescente et déjà éprouvée par la vie puisque sa mère est morte récemment, la situation va la secouer mais elle reste tout de même maître d'elle-même.

J'ai beaucoup aimé découvrir Flyte, qui se fait malheureusement assez rare dans le récit.

 

L'intrigue est typique des romans d'horreur : un village perdu dans les montagnes où des meurtres et des disparitions inquiétantes sèment la panique parmi les survivants. La première partie du roman est vraiment haletante même si je n'ai pas spécialement frissonné : le mystère autour du coupable instaure une ambiance qui m'a beaucoup plu.

La suite s’essouffle un peu selon moi. Certaines révélations sont surprenantes et la théorie de Flyte sur l'Ennemi de toujours et les disparitions de masse à travers l'histoire est très intéressante mais trop peu exploitée à mon goût. Le surnaturel prend le dessus, mêlant le fantastique au spirituel et j'ai un peu décroché.

Le dénouement remonte un peu le niveau car l'auteur choisit de conclure avec une partie sanglante puis une note émouvante. C'est finalement assez cliché mais cela marche tout de même assez bien.

 

En bref, le début de Spectres est prometteur mais la seconde moitié perd de la vitesse. Certains choix de Dean Koontz ne m'ont pas convaincu tandis que la théorie évoquée sur les disparitions de masse est sous-développée... C'est une lecture en demi-teinte malheureusement.

 

Frise

 

Ce roman fait partie de ma PAL de 2012.

Il me permet de participer au challenge gourmand, l'eau : «La table était mise pour le dîner du dimanche soir : […], quatre verres – deux emplis de lait, un d'eau, le dernier d'un liquide ambré qui pouvait être du jus de pomme.»

Source: Externe

au challenge Des gages ta PAL ! #6 pour la catégorie «Moins de 300 votes sur Livraddict»

Source: Externe

au Club de Lecture de Vendredi Lecture pour le mois de septembre : «Un seul mot dans le titre»

Source: Externe

et au challenge ABC 2016, lettre K.

Source: Externe

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteur

 

Où trouver ce titre ?

 

Source: Externe

 

 

 

-----

 

horreur