Source: Externe

 

Hôpital psychiatrique de Gaustad, Oslo. À l’aube d’une nuit glaciale, le corps d’un patient est retrouvé étranglé dans sa cellule, la bouche ouverte dans un hurlement muet. Dépêchée sur place, la troublante inspectrice Sarah Geringën le sent aussitôt : cette affaire ne ressemble à aucune autre…

Et les énigmes se succèdent : pourquoi la victime a-t-elle une cicatrice formant le nombre 488 sur le front ? Que signifient ces dessins indéchiffrables sur le mur de sa cellule ? Pourquoi le personnel de l’hôpital semble si peu à l’aise avec l’identité de cet homme interné à Gaustad depuis plus de trente ans ?

Soumise à un compte à rebours implacable, Sarah va lier son destin à celui d’un journaliste d’investigation français, Christopher, et découvrir, en exhumant des dossiers de la CIA, une vérité vertigineuse sur l’une des questions qui hante chacun d’entre nous.

Et la réponse, enfouie dans des laboratoires ultrasecrets, pourrait bien affoler plus encore que la question !

 

Frise

 

Lorsqu'on parle d’hôpital psychiatrique, je suis toujours la première à lever la main !

 

La plume de Nicolas Beuglet est fluide et agréable à lire. Le déroulé de l'enquête est classique mais efficace.

 

Pour une fois, je peux dire que j'ai apprécié le personnage principal féminin : les héroïne de romans policier et thrillers me sont souvent antipathiques mais Sarah reste humaine et ne cherche pas forcément son moment de gloire dans cette enquête. C'est d'ailleurs tout le contraire puisque ce meurtre va lui permettre de se détacher de ses problèmes personnels et d'essayer de tourner la page malgré un passé douloureux.

Les personnages secondaires sont assez nombreux, notamment dans la seconde partie. Cependant, Christopher est aussi un personnage intéressant à suivre avec une histoire bien développée.

 

L'intrigue m'a totalement surprise ! Je m'attendais à un thriller banal avec, comme souvent, des expériences et des actes passés sous silence dans un hôpital psychiatrique. Finalement, l'enquête va prendre un virage auquel je ne m'attendais pas étant donné que je n'avais pas lu le résumé en entier (je vous ai d'ailleurs coupé le passage «spoilant»). Si l'idée de l'auteur est bonne et plutôt originale, je n'ai pas totalement adhéré : les derniers chapitres vont un poil trop loin pour moi, à la limite du surnaturel. L'épilogue et la morale de l'histoire finissent par excuser le dérapage mais j'ai tout de même décroché.

Le côté plus personnel des relations entre les différents protagonistes est par contre totalement basique et cliché. Dès la rencontre de Sarah et Christopher, le dénouement se dessine...

 

En bref, ce thriller démarre sur une note positive quoique classique à cause de situations régulièrement utilisées. Le point d'originalité apporté par Nicolas Beuglet m'a surprise mais il est allé un peu trop loin pour que l'ensemble reste crédible à mes yeux... C'est une bonne lecture addictive cependant.

 

Frise

 

J'ai lu ce roman à l'occasion d'un partenariat avec Livraddict et les éditions XO !. Je les remercie pour la confiance qu'ils m'ont accordé en m'envoyant ce roman.

Il me permet de participer au challenge gourmand, l'eau : «Il s'humecta les lèvres et Sarah lui présenta un gobelet d'eau muni d'une paille.»

Source: Externe

 

Pour aller plus loin : Nicolas Beuglet est le pseudonyme de Nicolas Sker 

 

Où trouver ce titre ?

 

Source: Externe

 

 

 

-----

 

thrillers