Tome 1.

 

Source: Externe

 

Quand le quotidien est sans intérêt, que les rêves n'existent plus, il reste la réalité virtuelle. Comme la plupart des jeunes de son âge, Michael passe son temps sur le VirtNet, une plate-forme tentaculaire à mi-chemin entre un jeu vidéo et un réseau social. Relié au serveur par des fils sensoriels, son cerveau baigne dans cet univers parallèle.

Mais quand une série de suicides – bien réels, ceux-là – intervient dans le cadre du jeu, Michael et ses amis hackers doivent se rendre à l'évidence, effrayante. L'intelligence artificielle aurait-elle pris le pas sur la réalité ?

 

Frise

 

Comme j'avais beaucoup aimé sa série du Labyrinthe, j'avais hâte de découvrir ce nouvel univers.

 

Le lecteur est tout de suite plongé dans l'univers et dans l'action. Le premier chapitre met en scène le suicide d'une jeune fille dans le VirtNet.

Tout comme dans son autre série, James Dashner mise sur des chapitres courts, fluides et rythmés, entraînants.

Le thème des mondes virtuels est toujours intéressant comme dans ALE 2100 ou le film Avatar dont l'auteur reprend quelques détails concernant la capsule qui permet aux personnages de se plonger dans le jeu.

 

Cependant, je n'ai pas pu m'empêcher de comparer ses deux trilogies et, malheureusement, on retrouve énormément de similarités notamment au niveau des personnages.

Michael est posé en héros dès le départ, le leader qui va réunir ses troupes pour combattre le méchant. C'est toujours un procédé qui me dérange, surtout lorsque les personnages secondaires sont relégués au rang d'objets qui permettent seulement d'avancer plus facilement dans l'intrigue.

Sarah et Bryson, les deux amis virtuels de Michael l'aident énormément au fil du récit mais toute la gloire retombe finalement sur lui... A voir ce qu'ils deviennent dans la suite.

 

Je ne peux pas nier que l'histoire est pleine de suspense et que l'on tourne les pages sans s'en rendre compte. Néanmoins, les différents retournements de situations sont assez prévisibles et encore une fois, semblables à ceux du Labyrinthe malgré les univers opposés. Du coup, la révélation finale est assez attendue et n'a pas l'impact qu'elle devrait.

L'absence de scènes dans la vraie vie est également quelque chose de gênant pour moi. Un contexte social aurait été le bienvenu pour comprendre comment le monde en est arrivé à vivre quasiment tout le temps dans la réalité virtuelle. Le résumé dit : «Quand le quotidien est sans intérêt, que les rêves n'existent plus»... ce sont les seuls indices que vous aurez sur ce futur alternatif. Le dénouement laisse entendre que l'on en saura peut-être un peu plus dans les tomes suivants mais je ne suis pas sûre de continuer.

 

En bref, l'idée d'un monde virtuel était intéressante mais les lecteurs du Labyrinthe auront sûrement une impression de déjà-vu à propos du déroulement et des révélations de ce Jeu du Maître. Cependant, c'est un premier tome sympathique qui fait passer un bon moment de lecture.

 

Frise

 

Ce roman fait partie de ma PAL d'Hiver 2016/2017.

Il me permet également de participer au challenge Lire sous la contrainte : Déterminant, article défini.

Source: Externe

au challenge Pioche dans ma PAL, en duo avec Azilis.

Source: Externe

 

au challenge Consignes à la chaîne pour la consigne "Un homme/garçon seul sur la couverture"

et au challenge Des gages ta PAL ! #7, pour la catégorie «Moins de 400 pages»

Source: Externe

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteur – Les autres tomes de la série

 

Du même auteur, sur le blog :

Le labyrinthe, tome 1

Le labyrinthe, tome 2 : La Terre Brûlée

Le labyrinthe, tome 3 : Le remède mortel

 

Le site de l'auteur - Où trouver ce titre ?

 

Source: Externe

 

 

 

----

 

SF

 

litt_rature_jeunesse