Source: Externe

 

Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d'un cabinet d'avocats, le couple se met à la recherche d'une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l'affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu'au drame.


Frise

 

Assez réfractaire au Prix Goncourt au départ, ceux que j'ai pu découvrir m'ont tous convaincus. Qu'en est-il de celui de 2016 ?

 

Leïla Slimani a une plume percutante : les phrases sont courtes, tout comme les chapitres. Le ton est tranché, presque journalistique.

Le premier chapitre de ce roman est d'ailleurs rentré dans les annales puisque j'ai l'impression qu'il a choqué tous les lecteurs : le constat est clair, «Le bébé est mort.».

 

Les personnages restent assez éloignés du lecteur, par choix de l'auteur. Le côté psychologique est très bien mené, nous racontant la lente descente aux enfers de Louise.

Le couple est peut-être un peu moins décrit mais les principaux éléments déclencheurs sont présents pour que le puzzle final se mette en place.

Même si la vie de Louise ne paraît pas facile, je n'ai tout de même pas réussi à comprendre son geste. On peut sentir qu'elle est sur-exploitée par les parents mais elle ne fait rien non plus pour prendre de la distance, elle aime finalement beaucoup se sentir importante, indispensable à la famille.

 

Chanson douce est très court, à peine 220 pages mais l'auteure arrive à retranscrire les problèmes de société actuels de façon juste, sans en faire trop. La solitude et la précarité de la vie de Louise, le combat entre l'ambition et la maternité de Myriam mais aussi le problème de dépendance et le besoin de valorisation.

Malgré le fait que le drame soit exprimé dès la première page, le suspense est tout de même présent puisque la question n'est pas «Quoi ?» mais bien «Comment ?». Comment Louise a pu en arriver là ?

La fin n'est par contre pas tout à fait à la hauteur de mes attentes. Leïla Slimani choisit de ne pas décrire la scène du drame mais de s'arrêter au moment de rupture, là où tout bascule. J'avoue que c'est plutôt frustrant même si le but du roman n'est pas d'écrire un thriller sanglant mais bel et bien de dénoncer les thèmes abordés.

 

En bref, le Goncourt est mérité pour Leïla Slimani qui nous livre un roman coup de poing en osant le tabou des enfants. L'effet est garanti grâce à une plume précise et travaillé mot à mot. Cependant, je ne me joins pas forcément à l'engouement général puisque je trouve la fin trop abrupte pour mes attentes.

 

Frise

 

J'ai lu ce roman à l'occasion du BookClub Livraddict de Mars 2017.

Source: Externe

Il me permet également de participer au challenge Pioche dans ma PAL, en duo avec Azilis.

Source: Externe 

et au challenge gourmand, les gâteaux : "Elle a fait elle-même le gâteau d'anniversaire, une énorme charlotte aux fruits rouges surmontée de décorations.

Source: Externe

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteure

 

Où trouver ce titre ?

 

D'autre avis sur

Source: Externe

 

 

 

-----

 

litt