Source: Externe

L'ombre de Flagg plane depuis quatre siècles sur le royaume de Delain...

Le jour où la silhouette du sinistre magicien se glisse derrière le trône du roi Roland, c'est en vue d'accomplir son noir dessein : assurer le triomphe du mal. La machination se met en marche, vénéneuse comme le poison. Mais c'est compter sans une antique maison de poupée, quelques milliers de serviettes de table, les yeux d'un vieux dragon empaillé et, bien sûr, le courage de ceux qui refusent la tyrannie. On sait que les contes de fées sont les premiers récits de terreur. 

 

Frise

 

Un conte version Stephen King, c'est forcément à lire !

 

Les premiers chapitres m'ont un peu perturbé : les tournures de phrases rappellent vraiment un conte, c'est court et simple, voire naïf. Mais le lecteur retrouve très vite le style de Stephen King que l'on apprécie tant.

Pour une fois, King mise sur des chapitres courts, sans doute par rapport à l'orientation jeunesse de son histoire.

 

Les personnages sont bien entendus fouillés : ils sont tous attachants à leur manière et le méchant n'est pas oublié.

Les personnalités sont exploitées de façon à faire ressortir la part la plus noire de chacun, même les plus inoffensifs en apparence.

 

Le résumé en dit peu mais j'ai aimé découvrir petit à petit le fond de l'intrigue. Malgré une mise en place assez simple et quelques facilités dans l'action, notamment lors du dénouement, des sujets intéressants sont abordés : la jalousie, qu'elle soit fraternelle ou hiérarchique, la Justice ou encore l'importance de la vérité.

Si j'ai totalement accroché dès les premiers chapitres, le derniers tiers a légèrement fait retomber mon enthousiasme. L'action prend le dessus sur le conte, l'ambiance médiévale et les personnages. La course contre la montre est lancée, quitte à passer outre certaines explications et à faciliter l'avancée des héros grâce à des subterfuges grossiers.

Néanmoins, le talent de Stephen King est reconnaissable : les menus détails des premiers chapitres, pouvant paraître longs et inutiles, prennent tous leurs sens au fur et à mesure de l'intrigue.

Je m'interroge cependant encore sur le côté jeunesse du roman. On sent bien la différence entre ce titre et l'ensemble de son œuvre beaucoup plus mature et profonde mais certains passages m'ont paru un peu durs pour des lecteurs de moins de 12 ans. Il ne nous épargne pas les problèmes sexuels du Roi et quelques chapitres peuvent être assez effrayants.

 

En bref, lorsque Stephen King écrit un conte pour enfants, il n'est pas forcément à mettre entre toutes les mains ! J'ai adoré découvrir sa plume dans ce genre d'exercices malgré des détails utiles pour la fluidité mais gâchant la cohérence du récit. Les yeux du dragon me permettent d'entrer dans l'univers fantasy du King en douceur avant d'entrer dans ses univers adultes.

 

Frise

 

Ce roman fait partie de ma PAL pour le mois de la Fantasy.

Il me permet également de participer au challenge Lire en thème pour le mois de mai : Un livre dont l'histoire ne se déroule pas dans notre réalité

Source: Externe

et au challenge Bookineurs en couleurs pour la couleur noire. 

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteur

 

Du même auteur, sur le blog :

BrumeCellulaireCujo, Danse macabreJessie

La petit fille qui aimait Tom Gordon

Le singeLes régulateurs, Rage, Rose Madder

Marche ou crève, La peau sur les osDreamcatcher

Juste avant le crépuscule

Dôme tome 1tome 2

Sale gosseDolores Claiborne

 

Le site de l'auteur - Où trouver ce titre ?

 

D'autres avis sur

Source: Externe

 

 

 

-----

 

litt_rature_jeunesse

 

fantasy