Source: Externe

À la mort de sa grand-mère qu’elle adorait, Sandra, quarante ans, se voit remettre des lettres et des carnets de son aïeule. Rivka y livre un témoignage poignant sur sa jeunesse dans le Paris de l’Occupation, les rafles, la terreur, le chaos. Mais il y a plus. Par-delà la mort, la vieille femme demande à sa petite-fille d’accomplir une mission.

Une mission qui obligera Sandra à retourner à Paris, ville maudite, sur les traces de son amour de jeunesse, Alexandre. Un homme étrange, hypnotique et manipulateur dont Sandra ne pensait plus jamais croiser la route…

Pour elle, l’heure est venue d’affronter ses démons.

 

Frise

 

Continue sur cette voie car je ne doute pas qu'elle soit la bonne et n'oublie rien en chemin, ni remords ni regrets.

 

Découvert sur le compte Instagram d'Adeline, le thème m'a tout de suite attirée vous vous en doutez.

 

La plume de l'auteure est agréable à lire. Sans considérer ce roman comme une autobiographie, je pense qu'on peut aisément voir l'impact de la propre vie d'Anne-Sophie Moszkowicz dans l'histoire de Sandra et sa grand-mère.

Malheureusement, il m'a manqué plus de passages sortis du journal de Rivka. L'alternance des points de vue est trop déséquilibrée.

 

Sandra est une femme émouvante car son passé la rattrape suite au décès de sa grand-mère, un événement brutal pour elle qui est très attachée à elle et à son père. J'ai été très touchée par cette réaction qui aurait pu être la mienne, certaines tranches de vie m'ont rappelé mes propres souvenirs avec ma grand-mère.

Rivka, elle, est vraiment trop absente dans ce roman. Elle est la voûte de toute l'intrigue et elle n'a quasiment pas la parole, c'est dommage.

 

Bien évidemment, les thèmes de l'Occupation et des rafles de Juifs durant la Seconde Guerre Mondiale sont vraiment intéressants et importants à mes yeux. Cependant, le déroulement de l'histoire m'a paru trop ancré dans notre époque : la plupart du récit est sous le point de vue de Sandra, en 2017.

Alors, bien sûr, le suspense est là car on se doute que ce journal qui ré-apparaît après la mort de Rivka va livrer des secrets lourds à assumer pour ses descendants mais encore une fois, le présent prend le dessus avec la romance mettant en avant les sentiments de Sandra pour Antoine.

Le final m'a surprise : le secret tant attendu n'est pas forcément très original pour le contexte mais certains détails prennent tout leur sens et l'intrigue est en fait plus complexe et plus perverse que je l'imaginais.

 

En bref, si ce roman avait tout pour me plaire, j'en ressors légèrement frustrée à cause d'une Rivka trop absente et un contexte de Seconde Guerre Mondiale trop peu développé. Anne-Sophie Moszkowicz se concentre sur la partie actuelle avec Sandra et Antoine en personnages principaux. La fin est bien trouvée mais des pages supplémentaires auraient peut-être été nécessaires.

 

Frise

 

J'ai lu ce roman grâce à NetGalley et les éditions Les Escales que je remercie.

Source: Externe

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteure

 

Où trouver ce titre ?

 

D'autres avis sur

Source: Externe

 

 

 

-----

 

litt