Le cycle de l'Homme et de la Vérité, tome 2.

Source: Externe

Une guerre sans nom. Le débarquement libérateur est imminent. Parmi les GI's, la tension est extrême. Mais cela ne peut suffire à expliquer le crime abominable découvert sur l'un des navires alliés : un soldat a été retrouvé pendu à des crocs de boucherie, la tête remplacée par celle d'un bélier.

Le lieutenant Frewin de la Police militaire et l'infirmière Ann Dawson dépêchée sur les lieux en sont convaincus : c'est l'oeuvre d'un tueur redoutable qui jouit de la souffrance qu'il inflige. Malgré le déclenchement de l'offensive, les meurtres se poursuivent avec un raffinement croissant dans l'horreur. Frewin et Dawson orientent alors leur enquête vers la 3e section de la compagnie Raven, une poignée de durs qui forme un cercle très spécial...

 

Frise

 

Cette trilogie était mon objectif de cet été.

 

Je ne vais pas revenir une énième fois sur la plume de Maxime Chattam, vous savez que quoi qu'il arrive dans l'histoire, le côté captivant de son écriture prend souvent le dessus pour nous tenir en haleine.

Je tiens juste à préciser que malgré le fait que Chattam ait regroupé Les arcanes du chaos et Prédateurs dans le même cycle, il n'y a aucun fil conducteur entre les deux histoires si ce n'est la noirceur de l'Homme, sujet récurrent dans ses romans.

 

En effet, nous découvrons de tout nouveaux personnages, majoritairement masculins.

Ann est quasiment la seule femme du roman, amenant énormément de mystère et de suspicion sur elle. Sa persévérance a vouloir mener l'enquête aux côtés de Frewin la rend vraiment bizarre dès le départ.

Le groupe d'enquêteurs de la Police Militaire est intéressant, plutôt soudé et cohérent. Même si Frewin reste l'élément principal, un autre homme prend de l'ampleur au fil des pages.

 

L'intrigue est remplie d'action, le récit alternant entre les meurtres et les batailles. Le rythme est très soutenu, on ne peut pas s'ennuyer.

C'est un des romans de Chattam qui me plaît énormément : je retrouve l'ambiance et la dureté de la Trilogie du Mal ou de La conjuration primitive. Les scènes de crimes sont osées, dures à supporter, aucun détail ne nous ait épargné.

Le côté psychologique est également bien mené avec des personnages au passé trouble : ces secrets mêlés à la pression des combats donnent une ambiance vraiment sombre, parfois à la limite du paranoïaque.

La résolution de l'enquête est à la hauteur du reste de l'intrigue malgré le décrochage temporel qui ne m'a pas tout de suite convaincu. La morale rejoint celle de La conjuration primitive qui m'avait déjà scotchée par le côté malsain mais pourtant pertinent de la vision des choses des serial-killers.

 

En bref, Maxime Chattam renoue avec ses plus sombres démons dans ce roman. Si vous n'avez pas été convaincu par le premier tome, n'hésitez pas à vous jeter sur celui-là qui n'a absolument rien à voir que ce soit au niveau des personnages, de l'intrigue ni même au niveau de la thématique du Mal. Prédateurs porte très bien son nom et rappelle les meilleurs titres de l'auteur.

 

Frise

 

J'ai lu ce roman à l'occasion du Challenge de l'été.

Source: Externe

Il me permet de participer au challenge Big Bang Littéraire #2 pour le thème Sorti en 2007

et au challenge Lire en thème pour le mois d'août 2017 : Lire un pavé (+ de 500 pages).

Source: Externe

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteurLes autres tomes de la trilogie (terminée)

 

Du même auteur, sur le blog :

La trilogie du Mal : L'âme du MalIn tenebrisMaléfices

Ludivine Vancker : La conjuration primitive, La patience du diable

Le Cycle de l'Homme et de la Vérité : Les arcanes du chaos

Carnages

Le sang du temps

Autre-Monde, tome 1

 

Où trouver ce titre ?

 

D'autres avis sur

 

Source: Externe

 

 

 

 

-----

thrillers