Source: Externe

 

Nine vit dans un ennui profond, un vide qui la creuse et qu'elle comble avec les histoires des autres.

La vie de Teresa, en plein bombardement de Varsovie, ne fut que trop remplie.

Deux existences convergent, l'une concave, l'autre convexe. L'une reçoit, l'autre imprime son empreinte, dans un chassé-croisé rapide, haletant, où les rencontres ne doivent rien au hasard.

 

Frise

 

Le bombardement de Varsovie présent dans le résumé a eu raison de moi.

 

Ce court roman alterne entre la vie parisienne et bourgeoise de Nine et les retranscriptions qu'elle fait de la vie d'une certaine Teresa. Ce genre de construction me plaît toujours beaucoup, avancer en parallèle sur deux histoires et deux personnages permet d'amener une envie d'avancer au lecteur. Et ici, encore plus, puisque Teresa vit à Varsovie, en 1940 soit la période historique qui m'intéresse le plus.

J'aime énormément le fait que l'auteure s'adapte à ses deux personnages : on dirait presque que le texte est écrit à quatre mains tellement les deux histoires sont écrites differemment. Quand le récit de la vie de Nine est fait de courtes phrases, parfois quelques mots donnant un sentiment de détachement, les chapitres concernant Teresa sont beaucoup plus posés, descriptifs et classiques dans le vocabulaire. C'est un effort d'écriture qui marque, à mon sens, la qualité de travail d'un auteur.

 

Néanmoins, ce décalage de plume n'a pas réussi à me faire aimer Nine. Je l'ai trouvé totalement détachée de son monde, blasée par la vie tranquille qu'elle mène sans voir la chance qu'elle a. La vie de Teresa lors de l'Occupation de la Pologne et son engagement dans la Résistance accentuent encore plus cet aspect-là qui montre un personnage auquel je n'ai pas eu envie de m'attacher.

 

Pour les lecteurs qui ont l'habitude de lire des romans concernant la Seconde Guerre Mondiale, l'intrigue ne sera pas une grande surprise. J'ai rapidement compris où Matilda voulait nous emmener et le dénouement m'a paru du coup assez classique.

Le contexte historique est bien traité et le travail de recherche se ressent, notamment dans les passages politiques. Les conditions de vie générales de l'époque ainsi que celles, plus particulières, des Résistants sont peu développées mais bien présentes tout de même au fil du récit de Teresa.

Cependant, la présence de Franek et le mystère autour des cassettes que l'on livre à Nine étaient intéressants. Je trouve dommage que l'auteure n'ait pas plus jouer sur ce point et que l'explication finale ne soit pas plus étoffée. D'un point de vue général, 150 pages sont à mon sens trop rapides pour exploiter une histoire telle que celle-ci : l'idée aurait mérité le double sans que cela fasse tomber le lecteur dans l'ennui.

 

En bref, ce récit auto-édité est une très belle découverte. La plume de l'auteure est agréable à lire et très travaillée, son travail de recherche visible. C'est un roman qui se lit rapidement et avec plaisir malgré une trame qui se révélera assez classique pour les lecteurs de ce genre d'histoire.

 

Frise

 

J'ai lu ce roman grâce à Livraddict et à l'auteure que je remercie.

Source: Externe

Il me permet de participer au challenge Des gages ta PAL ! #9, pour la catégorie «Auteur dont le nom comporte + de 6 lettres» et "Note supérieure à 16/20"

Source: Externe

au challenge Bookineurs en couleurs, Violet.

 

Source: Externe

 

et au challenge Big Bang Littéraire #2, One-shot.

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteure

 

Où trouver ce titre ?

 

D'autres avis sur

Source: Externe

 

 

 

 

-----

litt