Source: Externe

1965. Une vague de chaleur déferle sur le Queens, banlieue ouvrière de New York, et plonge ses habitants dans un état léthargique. 
Un matin ordinaire, Ruth Malone, mère célibataire aux allures de star hollywoodienne, constate la disparition de ses deux enfants. Peu après, le corps de la petite Cindy est retrouvé abandonné sur un chantier, son doudou encore à la main. Lorsque, quelques jours plus tard, la dépouille de son fils, Frankie Jr, est découverte dans des conditions similaires, des voix accusatrices s'élèvent contre Ruth. De la voisine qui a toujours eu des doutes aux médias avides de scandale, tout le monde semble avoir quelque chose à lui reprocher.

 

Frise

 

Titre proposé par les éditions, cette mère "à part" m'intriguait.

 

Il m'a fallu un petit moment d'adaptation pour entrer complètement dans le récit de Ruth Malone. Écrit à la première personne du singulier, la jeune femme nous relate l'épreuve qu'elle vient de traverser : les premiers chapitres sont situés en prison, ce qui est assez perturbant au départ puis nous donne finalement la clé de l'enquête que l'on va suivre.

Si certains peuvent voir ça comme un "spoil", j'ai aimé me demander pourquoi et comment l'enquête avait pu conduire cette mère de famille a être accusé d'infanticides.

 

La relation lecteur-Ruth m'a semblé particulière. Si l'on finit par s'attacher à elle à cause de la situation dans laquelle elle est, Ruth reste très mystérieuse jusqu'au bout du récit : à plusieurs reprises, l'auteure la met face à un miroir et sa réaction est troublante. Son obsession du paraître et surtout son obsession face à son propre physique ("Sous la couche de maquillage, son visage et ses traits de convenaient pas. Son allure ne convenait pas. Son odeur ne convenait pas." - Chapitre 3) est inquiétant mais ne trouvera malheureusement aucune réponse dans ce roman.

Les personnages secondaires sont plutôt en retrait du fait de la narration en "je" mais la pression mise par les forces de police sont bien retranscrites. En effet, l'enquêteur va s'acharner sur Ruth et vouloir l'incriminer coûte que coûte.

 

L'intrigue de base m'a beaucoup plu, d'autant plus que Emma Flint s'est basée sur des faits historiques réels pour créer son personnage de Ruth Malone (une fiche Wiki en anglais est disponible). La prise de risque est intéressante de s'attaquer à une mère de famille, à rompre les codes de la parfaite maîtresse de maison qui ne vit que pour ses enfants : ici, la jeune femme est froide, hautaine envers les autres et l'indifférence ne plaît pas à l'opinion publique. La partie concernant le procès est d'ailleurs le reflet des clichés que la société peut avoir. J'ai d'ailleurs été surprise de découvrir, au détour d'un début de chapitre, que l'action se situait en fait en 1965 : le propos me semblait tellement actuel et le contexte était si peu développé que j'avais instinctivement ancré l'histoire à notre époque. Noté comme un défaut au départ, je le vois finalement plus comme un message de la part de l'auteure : les faits se répètent et se ressemblent, décennie après décennie.

 

En bref, Emma Flint s'appuie sur une réelle affaire pour nous livrer un roman policier riche, original et intéressant. Malheureusement, je regrette que la fameuse face cachée de Ruth Malone reste un mystère pour le lecteur, j'aurais apprécié que la jeune femme se confie et brise sa carapace tant pointée du doigt.

 

Frise

 

Ce roman me permet de participer au challenge Big Bang Littéraire #2, One-shot.

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteure

 

Où trouver ce titre ?

 

D'autres avis sur

Source: Externe

 

 

 

 

-----

romans_policiers