Source: Externe

 

Une petite fête entre amis, un soir d’été caniculaire. May et son mari ont invité leurs proches.
Ce qui devrait être un moment agréable, quelques heures de détente et de partage, se transforme rapidement en chaos et en catastrophe
Disparitions, accidents, trahisons, règlements de comptes ponctuent une soirée qui se révèle très pénible, avec, en filigrane, cette question : qui va mourir ? Ou plutôt : qui est mort ?

 

Frise

 

Oui, Louise avait perdu un enfant, et May avait perdu un chat.

Il n'y avait pourtant pas de différence entre les larmes de l'une et celles de l'autre.

 

Quand tout dégénère, je suis forcément curieuse ! De plus, j'apprends à découvrir les éditions Hélène Jacob depuis quelqus mois et je suis très agréablement surprise à chaque lecture.

 

Si je ne devais retenir qu'une seule chose de ce roman, c'est la construction narrative imaginée par Marie-Pierre Bardou. L'alternance des points de vue est souvent utilisée mais avoir choisi d'intégrer le point de vue des deux chats de la famille, c'est génial ! Ces chapitres sont rafraîchissants dans une atmosphère plutôt lourde et tout maître de chat reconnaîtra parfaitement le caractère nonchalant de ces petites bêtes. Parfois, un détail comme celui-ci peut faire toute la différence.

 

J'ai eu un peu de mal à cerner tous les personnages dès le départ. Le lecteur arrive un peu au milieu de la fête et découvre très rapidement que l'ambiance n'est pas forcément celle à laquelle on peut s'attendre pour un anniversaire. J'ai parfois confondu May et Alice, les deux sœurs mais au fil des pages, les caractères se dévoilent et s'étoffent, tout devient plus clair.

Il est d'ailleurs intéressant de suivre cette évolution des réactions, au départ dictées par les convenances puis de plus en plus sincères et désinhibées grâce à l'alcool et aux stupéfiants qui circulent.

 

L'intrigue peut paraître banale mais le suspense pousse le lecteur à tourner les pages et à comprendre tous les liens que l'on devine au fur et à mesure. Oui, une femme est morte dans la baignoire mais qui ? Comment ? Et surtout, pourquoi ?

Les quelques flash-backs s'avèrent très importants pour reconstituer l'ensemble de la situation et de bien comprendre comment cette soirée a pu dégénérer... Finalement, aurait-il pu en être autrement ? Le titre est d'ailleurs totalement approprié et le terme de "défaillances" est souvent utilisée par l'auteure : nous avons tous nos défaillances, des moments où la faiblesse prend le dessus et où relever la tête et assumer pleinement ses actes est trop dur. Marie-Pierre Bardou les exploite à merveille et nous livre un drame que l'on peut considérer comme parfois exagéré mais qui reste tout de même crédible dans la déchéance des personnages.

Le dernier chapitre clôt cette soirée beaucoup trop longue et beaucoup trop dramatique en mettant à jour les derniers secrets qui demeuraient, laissant le lecteur faire son propre deuil des personnages qu'il a suivis sur 200 pages, parfois subis mais majoritairement pris en pitié.

 

En bref, un drame contemporain qui porte bien son titre. Une ambiance qui s'alourdit de page en page, des personnages perdus et des révélations qui ne laissent pas indifférents donnent un roman qui s'avère captivant et amènera sûrement certains lecteurs à réfléchir sur leur propre vie.

 

Frise

 

J'ai lu ce roman grâce au site Simplement et aux éditions Hélène Jacob, que je remercie.

Source: Externe

à l'occasion du challenge Black November, semaine 5 : Sorti en 2017

Source: Externe

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteure

 

Où trouver ce titre ?

 

D'autres avis sur

Source: Externe

 

 

 

-----

drame

litt