coups de vent

 

Cet article me permet de vous parler des livres que j'ai lus mais auxquels je n'ai pas le temps de consacrer une chronique complète et détaillée comme d'habitude. Je vous présenterais donc ces œuvres en quelques mots...

 

 

 

Cinder de Marissa Meyer

Source: Externe

                                 Chroniques lunaires, tome 1.

A New Beijing, Cinder est une cyborg. Autant dire une paria. Elle partage sa vie entre l'atelier où elle répare des robots et sa famille adoptive. A seize ans, la jeune fille a pour seul horizon les tâches plus ou moins dégradantes qu'elle doit accomplir pour ses sœurs et sa marâtre.
Mais le jour où le prince Kai lui apporte son robot de compagnie - son seul ami -, le destin de Cinder prend un tour inattendu. La forte attirance qu'éprouvent le beau prince et la jeune cyborg n'a aucune chance de s'épanouir, surtout que le royaume est menacé par la terrible reine de la Lune !
Débute alors pour Cinder une aventure incroyable, où elle découvrira que le sort de l'humanité est peut-être entre ses mains.

 

Dans ma wish-list depuis sa sortie et le succès qu'il a eu sur la blogo, j'avais tout de même beaucoup d'a-priori. Finalement, c'est une assez bonne lecture même si je continue à râler sur le fait que le schéma de la jeune fille qui n'a rien demandé et qui se retrouve propulsée par un sympathique hasard est vu et revu... Cependant, la lecture est fluide, les personnages attachants et l'intrigue entraînante (mais terriblement prévisible) avec une ré-écriture de conte futuriste intéressante qui mérite d'être développée dans les tomes suivants.

 

Science-Fiction Jeunesse - Editions Pocket Jeunesse - 412 pages

 


 

Le message de Andrée Chedid

Source: Externe

Elle s'appelle Marie. Elle marche dans la ville en guerre. Légère dans sa robe à fleurs jaunes. Détonnante parmi les ruines, la poussière, le silence. Elle rejoint Steph, sa passion vive, qui par-delà le chaos de leurs disputes et celui de la guerre, lui a donné rendez-vous. Sur le pont situé à l'autre bout de la ville, il l'attend. Il restera enfin avec elle, toujours. Mais Marie reçoit une balle entre les omoplates, elle vacille, lutte contre la douleur, puis s'effondre. Elle a encore la force d'écrire au dos de la lettre de Steph : "je venais" et d'avertir un couple de vieillards qui passe, Anton et Anya. Anya devient messagère de ce mot d'amour. Elle vole jusqu'au pont, tandis que Gorgio, un franc-tireur repentant, promet de ramener une ambulance. 

J'ai beaucoup aimé cette lecture : l'écriture est fluide avec des chapitres très courts, les personnages sont très attachants notamment Marie qui m'a fait beaucoup de peine et le couple âgé qui est très touchant.

Mais l'histoire est tellement triste ! J'ai espéré un peu d'espoir jusqu'au bout mais non... J'ai d'ailleurs été assez surprise du choix d'Andrée Chedid, je m'attendais à un récit plus optimiste, plus axé sur l'amour entre Marie et Steph mais c'est en fait un récit de guerre qui montre toute l'horreur de cette période, au-delà de la barbarie du nazisme que l'on connaît tous.

Et la fin est totalement surprenante de la part de Stephen même si c'est plutôt compréhensible avec du recul.

Littérature contemporaine - Editions Flammarion, coll. Etonnants classiques - 140 pages

 


 

Source: Externe

Le marbre n'a pas de mémoire de Karl Auprey

Au centre hospitalier de Château-Bellecombe, sponsorisé par le plan-hôpital 2012, le directeur ayant créé la cellule du nouvel hôpital – secondé efficacement par Eli, ingénieur – tente d’échapper aux fausses factures, aux marchés publics truqués et à la turbulente Adeline, son chef de projet. Secrets et manipulations rythment le quotidien de l’hôpital, tandis qu’une directrice adjointe tombe amoureuse du directeur, et que Ludmilla, la femme d’Eli, la protège des rumeurs… Pour combien de temps ?

Après trois disparitions et la découverte d’un cadavre non identifié, un ciel d’ombres obscurcit l’atmosphère de l’hôpital. La Police judiciaire enquête. Une enquête longue, risquée, qui manipule le lecteur selon une logique défiant tous les scénarios et le maintient dans un suspense permanent. Une méthodologie implacable où rien n’est laissé au hasard.

C'est le premier abandon de l'année... Et pourtant, le résumé avait tout pour me plaire mais l'auteur n'a pas réussi à m'accrocher. La faute a énormément de passages théoriques sur ses thèmes fétiches : l'administration hospitalière et l'alpinisme, soit son métier et sa passion. Malheureusement, ces deux axes sont beaucoup trop développés dans des termes professionnels, laissant l'aspect thriller sur le bord de la route. Le premier meurtre passe d'ailleurs totalement inaperçu entre les complots adultérins de la hiérarchie et le budget de Chateau-Bellecombe. Je me suis arrêtée au premier tiers et n'ai pas eu la motivation de m'y replonger.

Thriller - Editions Hélène Jacob - 355 pages

  

 

 

 -----

coup_de_vent_couv