Source: Externe

 

Autriche, 1938. Kristoff, jeune orphelin viennois, est apprenti chez Frederick Faber, un maître graveur, créateur de timbres, lorsqu'éclate la nuit de cristal. Après la disparition de son professeur, Kristoff commence à travailler pour la résistance autrichienne avec la belle et intransigeante Elena, la fille de Frederick dont il est tombé amoureux. Mais tous deux sont bientôt pris dans le chaos de la guerre. Parviendront-ils à échapper au pire ?

Los Angeles, 1989. Katie Nelson découvre dans la maison familiale une riche collection de timbre appartenant à son père. Parmi ceux-ci, une mystérieuse lettre scellée datant de la Seconde Guerre mondiale et ornée d'un élégant timbre attire son attention. Troublée, Katie décide de mener l'enquête, aidée de Benjamin, un expert un peu rêveur...

 

Frise

 

Quand on parle de Seconde Guerre Mondiale, je réponds forcément présente.

 

La plume de l'auteure est agréable. L'alternance entre la Nuit de Cristal de 1938 et la chute du Mur de Berlin de 1989 est très intéressant et trouve son originalité dans l'évolution de ces cinquante années. 

 

Les personnages des deux époques sont attachants et humains, crédibles dans leur comportement. Il n'est d'ailleurs pas surprenant d'apprendre que l'auteure s'est largement inspirée de son propre vécu notamment concernant la relation entre Katie et son père.

Kristoff a également une psychologie bien travaillée grâce à des choix difficiles qui lui sont imposés : sa fidélité envers la famille Faber et la religion juive est remarquable.

 

L'intrigue de ce roman m'a beaucoup plu. Le suspense n'est pas la principale qualité de l'histoire étant donné que le lien entre les deux périodes historiques est assez évident dès le départ et que la plupart des romans historiques sur la Seconde Guerre Mondiale sont construits de cette manière. Cependant, Jillian Cantor utilise un sujet très rare mais néanmoins extrêmement intéressant : la philatélie, la fabrication des timbres et l'utilisation des graveurs par le IIIe Reich. Le travail de recherche se fait ressentir dans la manière de décrire l'art de la gravure et ses difficultés rencontrés par Kristoff, l'auteure nous parle également des grandes figures de cette partie de l'Histoire dans ses notes en fin de roman : Czeslaw Slania, graveur polonais ou encore Sophie Scholl, grande résistante allemande.

Le roman aborde également d'autres sujets, plus actuels comme la maladie d'Alzheimer et ses conséquences sur la vie du malade mais aussi sur celle des accompagnants et de la famille.

Le dénouement est émouvant mais attendu et espéré dans ce genre d'histoire. Certaines clés de l'intrigue surprennent toutefois le lecteur sans non plus l'époustoufler.

 

En bref, un roman historique classique sur des secrets de famille concernant la Seconde Guerre Mondiale. Cependant, l'auteure utilise un pan de l'Histoire peu connu : la gravure de timbres et son importance à cette période. Un sujet original et très intéressant basé sur des recherches poussées mis en avant par des personnages touchants.

 

Source: Externe

  

 

 

 

 

 'ai lu ce roman grâce à NetGalley et aux éditions Préludes, que je remercie.

 

Ce roman me permet de participer au challenge Big Bang Littéraire #3, pour les thèmes "Moyenne supérieure à 16.5/20" et "Moins de 400 pages"

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteure

 

Où trouver ce livre ?

 

D'autres avis sur

Source: Externe 

 

 

-----

Litt