Source: Externe

 

Les vieux de Mont-Éloi savent pourquoi ils s'aiment ou se détestent, même si les autres l'ignorent. La seule histoire à laquelle il faut croire est celle qu'ils ont écrite au musée de la Chênaie. Elsa refusera cette vérité lorsque sa grand-mère lui léguera une maison perdue dans la forêt, à deux pas d'un village martyr.
Guerre. Occupation. Épuration. Quarante années ne seront jamais suffisantes pour oublier et chasser les fantômes du passé !

 

Frise

 

Le nom d'Estelle Tharreau sur un roman me donne toujours envie de le découvrir, quand j'ai vu l'allusion à la Seconde Guerre Mondiale dans le synopsis : j'ai foncé ! 

 

La plume de l'auteure est fluide et permet d'entrer rapidement dans l'histoire. Ayant lu pas mal de romans sur le sujet de la Seconde Guerre Mondiale et tous les secrets qui s'y rapportent, je m'attendais à retrouver l'habituelle construction en altermance passé/présent : Estelle Tharreau me prend de court puisqu'elle choisit de ne mettre en avant que l'époque actuelle, tout en revenant sur les événements passés à travers des photos et la lettre de Rose. 

 

Comme dans son premier roman, de nombreux personnages se mettent en place dans une sorte de huis-clos, ici le village de Mont-Éloi. Il y a effectivement une grande majorité d'hommes qui gravitent autour du secret et de la maison dont a hérité Elsa.

Cependant, la jeune femme est bien déterminée à découvrir ce que sa grand-mère a voulu lui dire dans sa lettre d'adieu : elle s'obstine malgré l'omerta ambiante et j'ai trouvé cela courageux de sa part de vouloir remuer une période trouble que les anciens ont souvent du mal à raconter.

La romance qui s'installe entre deux personnages était assez prévisible dès le départ et ne m'a pas spécialement convaincue ou intéressée même si elle ne gêne en rien la lecture de l'intrigue principale.

 

Le thème de la Seconde Guerre Mondiale est une valeur sure pour moi : il est quasiment impossible que je sois déçue en sortant d'une lecture de ce genre car je suis toujours contente d'avoir pu en apprendre plus sur cette période. Et c'est d'autant plus le cas ici que l'auteure aborde des sujets rarement évoqués comme la tonte des femmes ayant "trahi la nation" ou la cohabitation entre Français et Allemands lors de l'Occupation. Ce sont des choses que je connaissais déjà mais pour lesquelles je n'avais pas forcément approfondi mes recherches. Estelle Tharreau nous donne la bibliographie qui l'a aidé à écrire ce roman et montre par la même occasion qu'elle a effectué un travail remarquable pour construire son intrigue.

J'aime également beaucoup le fait de remettre en question certaines vérités que l'on nous apprend en cours d'Histoire, ce discours qui dit que les Français sont gentils et les Allemands sont méchants... Les personnages du roman ne présentent aucun manichéisme : tous ont un secret qui les hantent de cette période pas aussi simple qu'on veut bien nous le faire croire. 

Le suspense est présent du début à la fin grâce à ce secret autour de propriété de La Braconne ainsi que les mystérieuses cocottes en papier dissminées ici et là à l'attention d'Elsa. Je pensais avoir plus ou moins deviné l'ensemble mais j'ai été surprise par le dénouement ; cependant, les différents informations sont assez dispersées au fil des pages et il est un peu compliqué de tout rassembler pour découvrir le fin mot de l'histoire.

 

En bref, un roman à suspense sur la Seconde Guerre Mondiale qui tient ses promesses ! L'intrigue est captivante grâce à des sujets rarement abordés et un travail de recherche par Estelle Tharreau qui permet une vraie crédibilité. Les personnages sont peut-être un peu trop nombreux pour être tous développés à leur juste valeur mais l'ensemble fonctionne jusqu'au dénouement surprenant de complexité.

 

Source: Externe

 

J'ai lu ce roman grâce à Livraddict et aux éditions Taurnada que je remercie.

Source: Externe

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteure

 

De la même auteure, sur le blog : 

L'impasse

 

Où trouver ce livre ?

 

D'autres avis sur

Source: Externe 

 

 

-----

romans_policiers