Source: Externe

 

Alpes bohémiennes. Dans le parc naturel du Diable, où tournoient les charognards, un corps a été retrouvé : la mâchoire et les membres sont brisés, la peau déchiquetée. Ce corps, c’est celui de Ludivine Berger, historienne et tête brûlée, détentrice d’informations cruciales sur son pays. Élodie Fasel, capitaine de police, est chargée de l’enquête. À plusieurs kilomètres de la scène de crime, dans les eaux du lac Ventôse, la dépouille d’un homme a été repêchée : Javier Martinez, historien lui aussi, collaborateur de Ludivine, tué de deux balles qui ont traversé ses poumons. C’est au peu orthodoxe capitaine Eugène Young qu’on remet les rênes de l’affaire.

Dans le même laps de temps, le journaliste Elias Neuman, créature répondant au pseudonyme de LaGarçonne quand il se produit au cabaret, court honorer un rendez-vous que lui a donné une vieille amie. Il laisse derrière lui l’émission la plus écoutée de Bohème, où il vient de s’exprimer sur le scandale politique dont il est à l’origine. 

Comment, au cœur de l’idyllique Bohème, au pays du revenu de base inconditionnel, de l’écologie érigée au plus haut niveau d’intérêt, comment, en cette terre d’accueil où les damnés trouveront toujours refuge, le crime a-t-il pu s’exercer avec tant de violence ? Quelles sombres réalités cache ce territoire où contestation et liberté n’ont pas simplement la saveur des douces utopies ? Quand les tambours cesseront-ils de battre ? Et ce qu’on dit est-il vrai, à savoir que là où les dernières neiges tardent à fondre, les loups sont de retour ?

 

Frise

 

Le résumé, que j'ai volontairement raccourci dans mon article, était très attirant.

 

La plume de Sébastien Meier est plutôt agréable à lire : les chapitres sont fluides et rythmés, les différents points de vue des personnages sont exploités de manière à avoir une vision globale de l'enquête.

Une note en début de roman nous prévient que l'auteur a voulu utiliser le néologisme "iel", contraction de il et elle qui permet de désigner une personne sans distincition de genre. Ce détail est assez troublant au départ car, pour ma part, je ne connaissais pas du tout ce pronom mais finalement, son utilisation est assez cohérente avec le contexte et certains personnages.

 

Si j'ai aimé les deux enquêteurs Élodie et Eugène aux vies personnelles atypiques qui leur donnent un côté attachant, j'ai eu beaucoup plus de mal avec Élias. Sa double vie est plutôt intéressante et facilite l'introduction de certains thèmes abordés mais les chapitres le concernant m'ont majoritairement paru peu utiles à l'intrigue : l'auteur se concentre essentiellement sur ses choix de vie plutôt que sur le lien qu'il entretient avec la première victime et son métier de journaliste qui l'a amené à faire exploser un scandale.

Le trio a pourtant une évolution significative au fil des 300 pages et j'ai beaucoup aimé suivre ces prises de conscience face aux problèmes qu'ils rencontrent.

 

Dès le départ, les thèmes choisis par l'auteur m'ont plu : le scandale qui éclate autour du groupe Monstlé (qui trouvera les 2 noms cachés ?!) est terriblement actuel et concret. D'ailleurs, les problèmes sociaux évoqués dans cette Bohême en pleine évolution parleront forcément à tout le monde tellement ils sont proches de la réalité.

J'ai également apprécié que Sébastien Meier nous plonge dans une société très moderne, avant-gardiste avec une ouverture d'esprit que nous ne pouvons qu'envier que ce soit au niveau de la sexualité, des relations sociales mais aussi du côté de l'alimentation où le végétarisme est tout à fait normal et généralisé. C'est un petit détail que l'on ne décele pas forcément même s'il est amené plusieurs fois dans le récit mais c'est un détail que j'ai noté car il me parle particulièrement et c'est très rare d'en parler dans un roman du genre. 

L'intrigue en elle-même est plutôt bien menée même si les chapitres concernant Élias me laisse l'impression de ralentir le récit sans apporter vraiment quelque chose... Le dénouement est cohérent et satisfaisant, restant quand même en suspens quant à la vie personnelle des personnages principaux : une suite me semblerait envisageable. Quant à l'épilogue, il reste sans grand intérêt pour moi n'ayant pas réussi à m'attacher au personnage visé.

 

En bref, un roman policier aux premiers abords basique mais qui sort finalement de l'ordinaire grâce à un modèle social qui donne à réfléchir. L'enquête politique est intéressante, Sébastien Meier arrive à tenir le lecteur sur la longueur malgré un personnage qui reste toujours un peu en marge de l'intrigue principale et qui n'a pas réussi à me convaincre totalement.

 

Source: Externe

  

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteur

 

Où trouver ce livre ?

 

D'autres avis sur

Source: Externe 

 

 

-----

romans_policiers