coups de vent

 

Cet article me permet de vous parler des livres que j'ai lus mais auxquels je n'ai pas le temps de consacrer une chronique complète et détaillée comme d'habitude. Je vous présenterais donc ces œuvres en quelques mots...

 

 

 

Phobia (Collectif)

Au profit de l'association ELA.

Source: Externe

 

Dans ce recueil de nouvelles inédites, nos phobies sont disséquées - peur du noir, de la mort, des araignées et même des cons... - et nous lecteurs, sommes malmenés, certes, mais pour la bonne cause !

 

Les nouvelles ne sont pas vraiment mon genre de prédilection et je trouve souvent les recueils collectifs inégaux. Ici, peut-être parce que toutes les histoires appartiennent au genre policier/thriller, j'ai plutôt bien accroché !

J'ai retrouvé des auteurs comme Armelle Carbonel, Sonja Delzongle ou encore Maud Mayeras et découvert de nouvelles plumes prometteuses sur lesquelles je vais me pencher rapidement. Je retiendrais 6 des 14 nouvelles (une bonne moyenne) : Lis mes nuits de Armelle Carbonel (nyctophobie/onirophobie), Dans le ventre de la bête de Johana Gustawsson (peur de la maternité), La mort, tout le temps de Mickael Koudero (Première Guerre Mondiale et soupçon de fantastique), Tue de Maud Mayeras (je ne peux pas vous dire pour ne pas spoiler mais franchement, lisez-la !) et Bisou de Niko Tackian (y'a un chat, ça suffit !). Celle de Ian Manook est également excellente mais le vocabulaire argotique est parfois compliqué.

 

Recueil de nouvelles - Editions J'ai Lu - 318 pages

 


 

Prise au piège de Robert Dugoni

Tracy Crosswhite, tome 4.

Source: Externe

Qui est cette femme dont le corps a été retrouvé dans un casier à crabes au fond des eaux froides du Puget Sound ? Pour retrouver son tueur, Tracy Crosswhite doit découvrir la véritable identité de la victime, malgré les efforts de cette dernière pour la garder secrète. Que cherchait-elle à fuir ? Plus Tracy Crosswhite plonge dans le passé de la victime, plus les indices se révèlent contradictoires et mènent à de fausses pistes. Avec l'équipe de l'Unité des crimes violents de la police de Seattle, elle se retrouve confrontée à une affaire sombre et complexe, faite de trahison et de cupidité, qui la renvoie au souvenir douloureux du meurtre de sa propre soeur.

 

En bref, une nouvelle enquête menée par Tracy que j'ai trouvé plus sombre et plus complexe que les premières : le thème abordé par l'auteur est intéressant et les multiples rebondissement tiennent en haleine jusqu'au dénouement.
Quant au côté personnel de l'héroïne, les évènements s'enchaînent de façon plutôt banale mais le couple de personnages est attachant, tout comme les collègues de Tracy qui l'épaulent toujours dans ses intuitions et ses convictions professionnelles.
C'est une série de romans policiers assez classique mais qui me plaît beaucoup et avec laquelle je passe toujours un bon moment de lecture... Quoi demander de plus ?

 

Roman Policier - Editions AmazonCrossing - 462 pages

 


 

Le crieur de nuit de Nelly Allard

Source: Externe

« J'ai appris la nouvelle ce matin, en écoutant le répondeur. Isa disait : Papa est décédé. Je me suis fait couler un café et je l'ai rappelée, puis j'ai composé le numéro d'Air France. Thierry est entré en bâillant, m'a regardée et a dit : Qu'est-ce qui se passe ? J'ai répondu : Papa est mort. Isa dit : décédé. Moi je dis : mort. Je ne vois pas pourquoi je prendrais des gants. Depuis le temps que l'idée de la mort m'accompagne, je ne dirais pas qu'elle m'est devenue familière, non, mais j'ai quand même le droit de l'appeler par son nom. Tu es mort. Enfin. »

 

En bref, un court roman fort traitant de la famille et des côtés sombres des liens familiaux.

Nelly Allard nous livre une semaine de la vie de la narratrice, du lundi où elle apprend que son père est mort au dimanche, lendemain de l'enterrement. A travers ces sept jours où la famille se retrouve, où les obsèques s'organisent, le lecteur découvre la face cachée de relations entre amour et haine, entre pouvoir et soumission.

Le père auquel la narratrice s'adresse directement dans ce roman est décrit comme une personnalité forte et avide de pouvoir, un homme qui a besoin d'asseoir son autorité sur son entourage, d'autant plus lorsque la maladie frappe et qu'elle le diminue énormément.

J'ai également beaucoup aimé le parralèle entre ce récit et des passages de La légende de la mort chez les Bretons armoricains écrit par Anatole Le Braz qui a donné naissance au titre de ce roman. Le crieur de nuit est considéré comme un esprit torturé en forme de géant, qui hante la lande et dont il ne faut à aucun prix croiser le regard...

 

Littérature contemporaine - Editions Folio - 132 pages

 


 

 

Peut-on tout réparer ? de Colline Hoarau

Reine-May, tome 2.

Source: Externe

De retour de la Réunion, Reine-May semble avoir mis son histoire dans l’ordre. Léna, la bavarde, va se lier d’amitié pour la jeune solitaire. Si la Réunion est toujours présente, l’histoire se passe en Bretagne, dans cette région où se mêlent les légendes ancestrales et l’authenticité d’un patrimoine naturel préservé avec une incursion en Bourgogne. Dans les deux volets du roman, des moments de suspens, voire de mystère nous attendent. Qui entoure la jeune fille ? Comment grandit-on quand on a un passé aussi douloureux ?
Peut-on tout réparer ? Les blessures, l’histoire, le passé ?

 

L'auteure m'a de nouveau contacté et fait confiance pour découvrir son nouveau roman, une suite de Sois sage Reine-May. Je suis toujours admirative de la qualité des descriptions dans ses romans : entre Bretagne et Réunion, on voyage sans sortir de chez soi ! Ici, nous découvrons également un petit bout de Bourgogne et ses cépages. 

Si les personnages sont attachants, j'ai tout de même été légérement déçue de cette suite qui ne me semble pas apporter grand chose de plus au premier tome. Reine-May est toujours tourmentée par ses origines et même si elle s'ouvre un peu plus aux autres et évolue de façon positive, rien n'est encore réglé... C'est une déception, non pas à cause de l'écriture de l'auteure mais c'est plus de la frustration de ne pas voir Reine-May totalement épanouie.

 

Littérature contemporaine - Editions Dédicaces - 154 pages 

 

 

 

 -----

coup_de_vent_couv