Source: Externe

 

Le petit bourg de Castellaccio, dans la région du Cilento, au sud de l’Italie, abrite un très vieux saule. À la fin de l’été 1985, on a retrouvé le corps de la jeune Claudia pendu à ses branches, sa tête décapitée gisant entre les racines. Trente et un an plus tard, pendue au même arbre, torturée de la même façon, la dépouille grouillante de vers d’une autre jeune fille contemple Damiano Valente, le Chacal, un célèbre écrivain. L’Homme du saule est revenu à Castellaccio.
Hypersensible, méthodique et acharné, le visage rongé de cicatrices et condamné à traîner sa jambe brisée, tenant grâce à la morphine, Valente est hanté par cet été de la peur où lui et ses amis Claudia, Flavio et Stefano ont été fauchés par la haine, la folie et la mort. Quand le commissaire De Vivo l’appelle sur l’enquête, la traque peut commencer.

 

Frise

 

Repéré lors d'une Masse Critique, j'ai pu l'avoir à petit prix pendant une Grosse OP Bragelonne.

 

Des chapitres courts et une alternance entre aujourd'hui et juillet 1985 amènent un rythme et une fluidité au récit d'Antonio Lanzetta. J'ai eu un peu de mal à m'y retrouver entre les différents noms italiens mais chacun prend sa place petit à petit, me permettant d'y voir rapidement plus clair.

 

Les nombreux personnages sont très bien développés, notamment le héros Damiano Valente qui semble être le point de départ d'une série qui commence donc par ce titre. Son handicap prend une place importante dans sa vie et dans l'histoire mais le rend également très attachant. Son lien avec l'enquête aide aussi à étoffer son histoire.

Les autres protagonistes sont plus mis en avant dans les passages de 1985 mais permettent de tisser une toile de relations riche et maîtrisée par l'auteur.

 

L'enquête est plutôt basique : un meurtre qui en rappelle étrangement un autre ayant marqué le passé du personnage principal... rien de bien surprenant mais l'auteur profite de ce schéma classique pour creuser un peu plus le côté psychologique de l'affaire et de ses personnages.

En effet, petit à petit, le titre prend tout son sens grâce à des caractères très nuancés et à une réflexion sur le destin et l'impact de la classe sociale et de l'environnement familial sur l'évolution d'un enfant. On retrouve également une ambiance assez typique des romans italiens où se mêlent corruption, omerta et grand sens de la famille. 

L'intrigue en elle-même avance principalement lors des chapitres sur l'enfance des personnages où l'on découvre au fur et à mesure les drames et évènements qui les ont marqués, forgés et construits.

Le dénouement est surprenant avec une révélation que je n'avais pas vu venir. Cependant, j'aurai aimé avoir un peu plus de réponses sur le mobile du coupable ainsi que son mode opératoire qui a évolué en 30 ans.

 

En bref, un thriller efficace quoique classique. Les questions de l'hérédité et de l'importance de la famille sont intéressantes et bien menées mais le dénouement manque un peu de développement par rapport au reste du récit : l'intrigue passe finalement au second plan pour mettre en lumière les personnages.

 

Source: Externe

 

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteur

 

Où trouver ce livre ?

 

D'autres avis sur

Source: Externe 

 

 

-----

thrillers