Source: Externe

  

Des gosses qui dansent au bord du précipice.
Une fugue.
Une odyssée.
Et vingt ans plus tard, les fantômes du passé qui viennent réclamer leur dû...

 

Frise

 

Les chapitres de ce roman sont aérés et très fluides, c'est parfait pour mon rythme de lecture du moment ! 

Et si la plume de l'auteur peut surprendre au départ à cause d'une alternance entre récit soutenu et dialogues familiers, on s'y fait vite et on se prend même à s'attarder sur certains passage d'une poésie discrète mais juste.

Le découpage en trois parties est intéressant : c'est assez original d'avoir fait le choix de développer au maximum la partie du passé (1958) et de se servir de la dernière partie (1977) pour amener le suspense. 

 

Le trio d'enfants est tellement attachant ! J'ai évidemment une préférence pour Simon, le plus petit que l'on ne prend pas forcément au sérieux mais qui a déjà vécu beaucoup plus d'horreurs que n'importe qui, né dans une famille totalement dysfonctionnelle.

Cependant, Elise, la grande soeur et Romain, l'orphelin sont également très touchants et permettent de rendre le périple possible grâce à des réflexions et à une maturité indispensables à leur survie.

Du côté des adultes, les personnalités sont plus dégueulasses les unes que les autres, toute la noirceur humaine a l'air d'être réunie dans ce roman... Certains passages sont assez durs pour les âmes sensibles.

(Est-ce nécessaire de parler du chien ? Mis à part le fait que je hais l'auteur à cause d'un de ses choix scénaristiques...)

 

La première partie, qui s'étale sur une grosse moitié du roman est sans doute celle que j'ai préféré. Ce road trip entre enfants qui n'ont plus rien à perdre mais qui sont tout de même encore tellement vulnérables m'a réellement secoué, notamment grâce à l'écriture de Luca Tahtieazym, vraie et sans pathos inutile. Ce rêve universel de liberté se ressent dès le départ et, malgré les difficultés qui s'enchaînent, la faim, la peur et la saleté, c'est majoritairement de l'espoir et de l'amour qui en ressort.

La seconce partie est très courte et s'articule autour d'articles de journaux dans une période de vingt ans. 

La troisième et dernière partie est celle qui donne vraiment le nom de thriller à ce roman. Elle est peut-être plus rythmée mais je l'ai néanmoins trouvé plus prévisible et moins émouvante que le début. Effectivement, l'intrigue se met en place à travers les "méchants" du récit : si d'habitude cela me plaît, ici je me suis tellement attachée à Simon, Elise et Romain qu'il est compliqué de passer à autre chose. En attendant, le suspense est là et ravira la majorité des lecteurs.

Le dénouement est en apothéose, les révlations pleuvent et c'est ici que l'espoir laisse place à l'horreur totale où les liens familiaux sont totalement écrasés par la haine et le sentiment de vengeance.  

 

En bref, un roman qui mêle suspense et intrigue à la tristesse d'une enfance ratée. Les trois enfants sont très attachants et la partie relatant leur road-trip m'aurait presque suffi pour passer un très bon moment de lecture émouvant. Luca Tahtieazym arrive cependant à nous livrer un thriller avec du suspense et des rebondissements dans le derniers tiers avec une révélation finale réussie mais que je trouve prévisible dans ce genre d'histoire.

 

Source: Externe

 

 

J'ai lu ce roman grâce au site Simplement et à l'auteur que je remercie.

Source: Externe

 

Pour aller plus loin :  La bibliographie de l'auteur

 

Où trouver ce livre ?

 

D'autres avis sur

Source: Externe 

 

 

-----

drame

thrillers