Source: Externe

  

Dans un futur très proche, Judith, jeune lycéenne de banlieue à l'enfance atypique, rencontre un chef de bande et plonge dans un univers violent et inattendu. Elle évoque son histoire le temps d'un voyage en bus, fil rouge qui nous entraîne dans une histoire d'amour, d'amitié, de violence. Un portrait sans concessions de la banlieue, de ses pièges, et des conséquences de nos actes.

 

Frise

  

Le récit est très fluide grâce à une plume simple mais cohérente avec l'univers présenté. De nombreuses ellipses temporelles permettent d'éviter les longueurs et une alternance entre les souvenirs de Judith et son voyage en bus d'aujourd'hui amène un suspense intéressant dans cette histoire qui n'a pas réellement d'intrigue. 



Judith, l'héroïne de ce roman, est vraiment touchante, notamment à cause de l'enfance qu'elle a eu : ce déni total de sa mère, cette absence de repère et une éducation faite par la rue et par les copines de classe font d'elle une adolescente naïve et qui a soif de reconnaissance et d'attention. Certaines de ses réactions nous semblent idiotes ou totalement à l'opposé de ce qu'il faudrait faire, mais cela nous rappelle que nous avons eu la chance d'avoir un départ dans la vie qui nous a construit et permis d'avoir des réflexes face à certains évènements.

Ben et sa bande sont remplis de clichés, mais il est intéressant d'avoir un chef de bande d'origine française qui semblait plutôt bien parti dans la vie. La plupart des jeunes hommes présentés sont attachants et mettent en avant la difficulté de sortir de la cité lorsqu'on y est né et que l'on y est catégorisé.



Le risque d'aborder le thème de la banlieue, c'est de tomber rapidement dans des clichés et des amalgames qui vont plomber le récit. Ici, Céline Saint Charle utilise certaines facilités comme le fameux trafic de drogues et l'omerta ambiante, mais s'en sert habilement pour construire la quête d'identité d'une jeune fille qui ne sait pas dans quoi elle s'embarque. 

L'évolution de Judith est vraiment surprenante et on a presque l'impression qu'elle se fait malgré elle, qu'elle ne choisit pas réellement ce qui lui arrive : la spirale est trop rapide pour qu'elle puisse avoir le pouvoir de décision nécessaire. Le titre fait d'ailleurs référence à une scène particulièrement dure et éprouvante (pour le lecteur et pour Judith) qui met en exergue cette situation de non-retour ; la jeune fille est mise face à la réalité et à la réelle personnalité de Ben.

D'autres passages sont tout aussi marquants, mais chaque lueur d'humanité est vite rattrapée par la violence environnante. 

La dernière partie est très émouvante lorsque l'on découvre le but du trajet en bus de Judith et l'inévitable drame qui l'a conduit à nous raconter son histoire. Mon cœur d'artichaut qui ne résiste pas aux bad boys a été touché par le destin de Ben malgré les horreurs qu'il n'a cessé d'imaginer et la brutalité de ses relations. 

En bref, un roman noir au coeur de la banlieue telle que les médias nous la dépeigne : violente, ostracisée. Néanmoins, l'histoire de Judith est particulièrement touchante et permet d'avoir quelques moments émouvants d'amitié et d'amour. Quelques clichés résistent mais Céline Saint Charle réussit à passer au-dessus pour nous livrer un destin rythmé par de mauvais choix et des situations inextricables.

 

Source: Externe

 

J'ai lu ce roman grâce au site Simplement et à l'auteure, que je remercie.

Source: Externe

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteure

 

Où trouver ce livre ?

 

D'autres avis sur

Source: Externe 

 

 

-----

drame