Source: Externe

 

La Zone. Un territoire au-delà du périphérique. des pavillons entassés, des achélèmes tristes et des parkings sans printemps. Des usines et des humains en ruines. Des loubards, des flics et des malfrats. Un gros paquet de blanche et des dollars en coupures de sang. Et Zaune. La fille cuivre et or. Qui n'a pas vingt-quatre heures pour sauver son frère. Pour donner un sens à sa vie. Si cela a encore une signification dans la banlieue qui bascule.

 

Frise

 

 

 

[...] mais parfois le chagrin vicie le bon sens.

 

Depuis ma découverte d'Olivier Norek, j'ai appris à aimer les thrillers et romans policier urbains montrant l'horreur et la violence au coeur des cités.

 

Le premier chapitre m'a perturbé : la plume de Jean-Hugues Oppel est très spéciale. On retrouve en effet beaucoup de phrases courtes, nominales ou au contraire sans sujet avec un vocabulaire cru et argotique, ancré dans les banlieues des années 1990.

Je ne peux pas nier que l'auteur nous embarque totalement dans l'univers qu'il nous décrit, le lecteur est plongé avec Zaune dans la promiscuité et la pauvreté des HLM. Malgré tout, un temps d'adaptation m'a été nécessaire pour me mettre au diapason.

 

Ce choix de narration laisse peu de place aux sentiments et au développement de la psychologie des personnages, l'intrigue est centré sur l'action et la course poursuite que le frère de Zaune va provoquer malgré lui. Cependant, les événements qui s'enchaînent et l'obstination de la jeune fille montrent bien l'amour fraternel et viscéral qu'elle ressent pour Nanar ; idem pour l'esprit d'équipe et l'instinct de survie qui se mettent en place dans le groupe au fur et à mesure du roman.

 

L'intrigue courte et trépidante met donc en scène une traque sans pitié de moins de 24 heures. Cette histoire met en avant les conditions de vie dans les cités des années 90 et sa ré-édition en 2018 laisse entrevoir le peu d'évolution qu'il y a eu de ce côté-là en trente ans : violence, drogues et trafics, corruption, complots et chantages ; la banlieue est belle et bien un écosystème à part, où les lois ne sont pas les mêmes, où la hiérarchie sociale est dictée par les armes, la drogue et l'argent. Un constat assez dur pour le lecteur qui se sent impuissant mais aussi consterné par cette anarchie que l'État et la Justice n'arrive pas à endiguer.

Le suspense est haletant malgré un roman de moins de 200 pages. Le lecteur s'enfuit dans les rues avec Zaune et sa bande, se retournant pour voir où en sont leurs poursuivants, évitant les obstacles. Néanmoins, il est assez difficile de se poser des questions ou d'essayer de savoir ce qu'il va se passer.

Le final est à la fois surprenant et basique : le retournement de situation est prévisible mais le dernier chapitre servant d'épilogue m'a réellement touché par la crédibilité de la situation et la résignation de Zaune.

 

En bref, un roman noir urbain qui ne laisse pas de marbre ! Jean-Hugues Oppel nous plonge dans la vie de banlieue grâce à une plume percutante mais plutôt troublante au départ. Les personnages sont touchants de vérité, leur évolution au cours de la lecture étant vraiment bouleversante... Sans parler du parallèle avec le contexte actuel qui ne pourra qu'amener le lecteur à la réflexion.

 

Source: Externe

 

J'ai lu ce roman grâce à la campagne de partenariats organisé par les éditions de L'Archipel que je remercie.

Source: Externe

Il me permet également de participer au challenge Des gages ta PAL ! #11 pour les thèmes "Titre en couleur", "Pour un autre challenge à thème" et "Plus de consonnes que de voyelles dans les nom et prénom de l'auteur".

Source: Externe

au challenge ABC 2018, lettre O.

Source: Externe

et au challenge Loto Littéraire #1 pour la boule n°41 : Le nom de l'auteur commence par une voyelle.

 

Pour aller plus loin :  La bibliographie de l'auteur

 

Où trouver ce livre ?

 

D'autres avis sur

Source: Externe 

 

 

-----

thrillers