Thriller.

Exemplaire publié en 2015,

aux éditions Pocket.

474 pages.

Iris Baudry est photographe de l'identité judiciaire. Disponible nuit et jour, elle est appelée sur des scènes de crime pour immortaliser les corps martyrisés des victimes. Iris est discrète, obsessionnelle, déterminée. Elle shoote en rafales des cadavres pour oublier celui de son fils, sauvagement assassiné onze ans auparavant. Mais une nouvelle affaire va la ramener au cœur de son cauchemar : dans cette ville maudite où son fils a disparu, là où son croque-mitaine de mère garde quelques hideux secrets enfouis dans sa démence, là ou sévit un tueur en série dont la façon d'écorcher ses victimes en rappelle une autre. La canicule assèche la ville, détrempe les corps et échauffe les esprits, les monstres se révèlent et le brasier qu'Iris croyait éteint va s'enflammer à nouveau dans l'objectif de son reflex.

Source: Externe

 

Une intrigue mêlant enfants et serial-killer... C'est forcément pour moi !

 

Le style de l'auteur est très agréable à découvrir. Les pages se tournent toutes seules, sans avoir à réfléchir et ça fait toujours du bien de lire sans se prendre la tête.

Ici, le texte est découpé en deux points de vue : d'un côté, Iris Baudry de nos jours et de l'autre, une histoire de famille à partir de 1920.

L'auteure propose une «Bande originale» en fin de roman correspondant aux chapitres d'Iris. J'ai essayé de suivre sa sélection mais je n'ai pas bien compris le rapport entre les titres choisis et l'action des passages.

 

Iris, personnage principal et narratrice, est touchante. On sent sa peine suite à la disparition de son fils, sa colère envers sa mère mais également ses faiblesses face au monde qui l'entoure.

Tous ses ressentiments donnent une vision très particulière des autres personnages : on a l'impression qu'elle en veut au monde entier et je pense que, du coup, ça fausse complètement notre jugement.

 

J'ai été assez surprise tout au long de ma lecture car je m'attendais à une enquête banale avec un meurtre au début de l'histoire puis des indices, des suspects, un coupable. En réalité, Maud Mayeras utilise un schéma totalement différent qui m'a un peu décontenancé durant une bonne partie du roman.

En effet, pas vraiment d'action ni d'enquête puisque l'on suit seulement Iris dans sa vie de tous les jours. Cette façon de faire pourrait paraître ennuyeuse et finalement pas du tout car l'ambiance est oppressante et lourde, parfois presque malsaine : on ne comprend pas vraiment où l'on va, ni ce que l'on va réellement découvrir au bout du chemin et c'est ce qui rend ce roman prenant.

Pour ce qui est de l'intrigue principale et des chapitres concernant le passé, j'ai deviné le dénouement aux ¾ du livre mais je ne peux pas enlever à l'auteure le fait que ce soit extrêmement bien pensé et bien écrit.

Le dénouement est, par contre, vraiment surprenant et remet en cause les 470 pages que l'on vient de lire...

 

En bref, j'ai une impression finale très mitigée sur ce roman car je m'attendais totalement à autre chose. Néanmoins, l'ambiance pesante, l'intrigue bien menée et la révélation ultime en font une très bonne histoire qui laisse un instant bouche bée.

 

 

Ce roman me permet de participer à la LC organisée sur le forum Les Fêlés des LC.

Source: Externe

et au challenge gourmand, le thé : «De l'eau. Du thé. Deux tasses. Rien de compliqué.»

Source: Externe

 

  

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteur

Du même auteur, sur le blog : 

Hématome 

  

Fiche Babelio de l'auteur Site des éditions Pocket

 

 

 

Source: Externe

Source: Externe

 

 

 

 

thrillers