Littérature contemporaine.

Exemplaire publié en 2012,

aux éditions 10/18.

356 pages.

Qu'est-ce qui a bien pu pousser Bea, jeune caricaturiste branchée de 35 ans, à s'inscrire pour une croisière à destination des terres du Grand Nord ?

La croisière, d'abord : un concept plutôt destiné au Troisième âge et pas à une célibataire croqueuse d'hommes comme elle... La destination, ensuite : le Svalbard, dite «Zona frigida», aux confins septentrionaux de la Norvège, ne constitue pas un territoire des plus accueillants. On prétend même qu'il y fait si froid que tous les animaux sont devenus blancs... Autant dire que la présence de Bea sur ce cargo a de quoi susciter la curiosité de ses compagnons de route.

Si la jeune femme a prétexté auprès de ses proches le besoin de rompre avec son quotidien, il apparaît rapidement que ses motivations sont tout autres : Bea a des comptes à régler avec son passé et ce voyage devrait lui permettre de repartir à zéro. La croisière d'agrément va vite se transformer en cauchemar pour certains passagers...

Source: Externe

 

Dans ma wish-list depuis sa sortie en poche et dans ma PAL depuis presque aussi longtemps, il était temps de découvrir ce titre et son auteur.

 

L'écriture de Anne Ragde est agréable et plutôt simple même s'il y a beaucoup de descriptions de paysages tout au long du récit. Je reviendrais sur ce point plus tard mais le côté découverte du Svalbard est la plus grande qualité de ce roman et un aspect très important pour l'auteur.

 

Bea m'a paru difficile à cerner malgré le point de vue à la première personne. On apprend tout de même à la connaître petit à petit : j'ai aimé son tempérament cynique et sa vision amère de l'Humanité, ce qui la rend très froide envers les autres personnages et dans sa manière de relater les événements. Alcoolique notoire, certains passages la dévalorisent un peu mais montrent son vrai visage.

Les autres protagonistes sont plus en retrait mais cela ne dérange pas vraiment.

 

L'histoire de vengeance qui m'avait attiré dans le résumé apporte une tension au début du récit. Malheureusement, cette promesse de vengeance arrive très tardivement et ne prend finalement qu'une petite cinquantaine de pages.

Le roman est finalement plus centré sur le voyage au Svalbard ainsi que sur les conséquences économiques et écologiques du tourisme de masse. C'est un aspect très intéressant et qui méritait d'être cité dans la quatrième de couverture car du coup, la première impression du lecteur est faussée : l'amateur de suspense sera un peu déçu tandis que les personnes séduites par le dépaysement du Grand Nord ne s'y intéresseront même pas...

 

En bref, c'est une bonne lecture même si je ne m'attendais pas du tout à ce genre de roman. Penchez-vous dessus si vous voulez voyager sans bouger de chez vous ! Le cœur de cible visé par Anne Ragde est à l'opposé de celui que veut attirer l'éditeur, c'est dommage.

 

 

Ce roman fait partie de ma PAL d'Hiver 2015/2016 ainsi que de ma PAL de 2012.

Il me permet de participer au challenge gourmand, le vin : «Dimanche soir, donc, avec un verre de vin blanc glacé et un cendrier propre à portée de main, j'ai commencé à dresser une liste.»

Source: Externe

au challenge Des gages ta PAL ! Session 4, pour la catégorie «Du blanc sur la couverture».

Source: Externe

et au challenge ABC 2016, lettre R.

Source: Externe

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteur

 

Où trouver ce titre ?

 

 

Source: Externe

Source: Externe

 

 

 

 

litt