Source: Externe

 

Quand August et Irma comprennent que la politique rattrape toujours ceux qui s’en défendent, il est déjà trop tard pour survivre, mais encore temps de mourir libres.
Le 13 juin 1936, un homme perdu dans la foule, sur le quai d’un chantier naval de Hambourg, refuse de saluer Hitler. Le 28 avril 1942, une femme fait partie du premier convoi des gazées de Ravensbrück. Ou comment une histoire d’amour devient une histoire d’insoumission.

 

Frise

 

[...], comme s'il fallait se prouver que certains morts ne le sont jamais vraiment tant qu'on rit en leur nom, tant qu'on se souvient de leur force.

 

Je ne vais pas revenir sur le pourquoi j'ai été tenté par ce livre, vous l'aurez sans doute deviné en lisant le résumé.

 

J'ai été très surprise à la lecture de ce livre. Je m'attendais à plonger dans l'époque de la Seconde Guerre Mondiale, à une alternance passé-présent comme cela arrive souvent mais finalement, Adeline Baldacchino parle à la première personne et nous livre sa propre histoire à partir de la fameuse photo que l'homme qui ne salue pas Hitler : l'auteure brode l'histoire d'Irma et August à partir de notes historiques réelles, en s'appuyant sur des faits et dates existants.

 

De ce fait, j'ai eu beaucoup de mal à m'attacher aux deux personnages principaux : voir leur vie à travers les yeux d'une tierce personne m'a fait l'effet d'être totalement extérieure à l'histoire.

Certaines réactions m'ont également laissé perplexe. L'insoumission d'August paraît un acte de bravoure au départ mais devient vite, à mes yeux, des gestes égoïstes et peu réfléchis par rapport au contexte de l'époque. Si se rebeller montre l'état d'esprit du jeune homme, ses actes à venir n'engendreront que de mauvaises choses pour sa famille entière.

 

Si la forme n'est pas celle que je préfère, je reconnais tout de même l'énorme travail de recherche de l'auteure qui a réunit de nombreux évènements au sein de ce court roman. La fameuse photo de l'homme qui reste les bras croisés au milieu de la foule qui salut Hitler est bien réelle, August Landmesser est son vrai nom ; son mariage avec Irma, la naissance de ses deux filles, la tentative d'évasion, la déportation, l'orphelinat également. (fiche Wiki)

D'autres personnages importants sont évoqués (Herschel Grynszpan, Maria Mandl) ainsi que des faits historiques comme les Kinderzimmer ou la Nuit de Cristal qui donne d'ailleurs lieu à un chapitre éprouvant d'une cruauté à la limite du supportable.

 

En bref, c'est un court roman qui traite de la Seconde Guerre Mondiale d'une manière originale. L'auteure part d'une photo pour créer une histoire et donner la vie à un amour interdit à cette époque : j'aurai préféré qu'elle laisse plus de place aux personnages au lieu de parler pour eux mais les références historiques sont bien choisies et la plume immersive dans cette époque peu reluisante.

 

Frise

 

J'ai lu ce roman grâce à NetGalley et aux éditions, que je remercie.

Source: Externe

Il me permet de participer au challenge ABC 2018 pour la lettre B

Source: Externe

au challenge Des gages ta PAL ! #10 pour les thèmes "Une ou plusieurs personnes sur la couverture" et "Un E dans le prénom de l'auteur"

Source: Externe

et au challenge Big Bang Littéraire #3, "Moins de 400 pages", "Le prénom de l'auteur commence par une voyelle" et thème éphémère : Moins de 50 lecteurs sur Livraddict.

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteure

 

Où trouver ce titre ?

 

D'autres avis sur

Source: Externe

 

 

 

-----

Litt