La Passe-miroir, tome 1.

Fantasy Jeunesse.

Exemplaire publié en 2011,

aux éditions Gallimard,

Collection Jeunesse.

519 pages.

Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l'Arche d'Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle.

À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ?

Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d'un complot mortel.

Source: Externe

 

Désormais incontournable sur la blogo, je me suis laissée tenter par ce titre.

 

La plume de Christelle Dabos est dense mais nécessaire pour s'imprégner d'un nouveau monde de des nouveaux concepts qu'elle a inventé. C'est un peu le cas pour tous les romans de fantasy.

Cependant, la lecture reste accessible et fluide. Le monde que l'on découvre et riche et bien travaillé, on passe peut-être un peu rapidement sur l'univers d'Anima puisque l'on part assez vite au Pôle finalement.

 

Ophélie est un personnage original, à la limite du anti-héros : solitaire et plutôt casanière, elle est bien loin des Katniss et autres héroïnes des romans jeunesse phares de ces derniers temps. Elle paraît soumise au départ, résignée pais la rébellion n'est jamais bien loin.

Contre toute attente, j'ai eu un coup de cœur pour Thorn : ses interventions sont toujours mesurées et son ton austère (qui cache bien entendu un cœur tendre) m'a fait craqué.

Les autres personnages qui gravitent autour du couple sont assez déplaisant dans l'ensemble malgré quelques passages où chacun a son petit moment d'humanité et de compassion pour Ophélie.

 

L'intrigue est très intéressante car on ne se concentre pas seulement sur la relation d'Ophélie et Thorn.

Au Pôle, on atterrit dans un monde d'illusions, de complots et d'incessantes tromperies et trahisons. J'ai beaucoup aimé cet aspect-là et les enjeux que cela engendre. Cette ambiance m'a un peu rappelé les premiers tomes de L'assassin royal avec Ophélie qui n'est finalement qu'un pion dans une machinerie bien plus grande que l'on pouvait imaginer au début du récit.

Il me manque quand même peut-être un peu d'informations sur les différentes familles telles que les Dragons, les Mirages et les Nihilistes : j'espère avoir plus de détails dans la suite.

L'intrigue concernant les Livres reste encore un gros mystère, tout comme l'avancée de la relation des deux héros.

J'ai très envie de les retrouver dans le tome 2 puisque l'auteur nous apporte énormément de questions.

 

En bref, un premier tome qui pose les bases d'un univers riche et d'une intrigue complexe aux enjeux matures. La romance est relégué au second plan et c'est très bien comme ça pour des personnages qui méritent d'être exploités à leur juste valeur.

 

 

Ce roman me permet de participer au challenge gourmand, le vin : «On mastiqua les crudités, on but du vin, on se passa le beurre de main en main.»

Source: Externe

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteurLes autres tomes de la saga

 

Site officiel Où le trouver ? 

(Sortie poche prévue le 11 mai 2016 chez Folio)

 

Source: Externe

Source: Externe

 

 

 

 

fantasy

 

litt_rature_jeunesse