Source: Externe

 

Tout commence par un avis de recherche, diffusé à la suite de la disparition d'une enfant de 8 ans. La photo est un choc pour une institutrice qui a bien connu cette gamine. Pour elle, pas de doute : cette Diana n'a pas été enlevée, elle est déjà morte, et ses parents sont coupables. Remontant le temps, le roman égrène les témoignages de ceux l'ayant côtoyée, enseignants, grand-mère et tante, médecins, assistants sociaux, gendarmes...

Témoins impuissants de la descente aux enfers d'une enfant martyrisée par ses parents qui, malgré les incitations à parler de plusieurs adultes, refusera de les dénoncer.


Frise

 

Découvert par hasard sur le site de France Loisirs, le thème m'a convaincu de craquer.

 

L'écriture d'Alexandre Seurat ne plairait sans doute pas à tout le monde... L'auteur a évité de tomber dans le pathos et le larmoyant en nous livrant les témoignages des différentes personnes qui ont côtoyé Diane, la petite maladroite.

Il est d'ailleurs plus facile et rapide de se repérer lorsque l'on lit la 4ème de couverture car il n'y a aucun indice temporel, les changements de points de vue sont fréquents et avec des retours en arrière.

 

Diane n'est quasiment pas présente dans ce court roman. Elle se manifeste deux ou trois fois à travers quelques lignes mais tout repose sur la vision des choses des proches de la petite fille : institutrices, médecin scolaire, famille.

Malgré tout, elle devient très vite attachante car ce choix de narration la montre immédiatement faible et innocente.

 

Le sujet de la maltraitance est traité d'une façon qui me plaît beaucoup, factuelle mais percutante.

L'auteur se concentre sur les faiblesses de l'administration médicale et judiciaire qui mettent beaucoup trop de temps à agir sur ce genre de signalements, de peur d'avoir à faire face à des parents innocents et de commettre une faute professionnelle... Malheureusement, pour Diane, les faits étaient véridiques et personne n'a rien fait. Rappelons que ce roman est inspiré d'un fait divers récent, cela remet les choses en place et permet au lecteur de prendre du recul.

Il est également très intéressant de se pencher sur la personnalité des parents de Diane, manipulateurs et dangereux.

Le dénouement, en grande majorité raconté par le grand frère, met un point final sordide à cette histoire de maltraitance qui n'arrive pas qu'aux autres.

 

En bref, un court roman coup de poing qui met en lumière le sujet de la maltraitance infantile. Un sujet dur et complexe à aborder mais Alexandre Seurat le fait d'une manière efficace, percutante et sans œillères. Là où la plupart se concentre sur la tristesse que ces faits divers engendre, l'auteur ici met à mal les actions de la Justice.

 

Frise

 

Ce roman me permet de participer au challenge Pioche dans ma PAL, en duo avec Azilis.

Source: Externe

et au challenge Des gages ta PAL ! #8, pour la catégorie «Titre au féminin»

Source: Externe

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteur

 

Où trouver ce titre ?

 

D'autres avis sur 

Source: Externe

 

 

 

-----

 

Coup de coeur

 

litt

 

drame