Source: Externe

 

Sergïne Hollard est vétérinaire à Toulouse. Une adolescente désemparée, Samia, lui demande d’examiner un chien souffrant d’un mal mystérieux que son frère aîné, Nourredine Den Arfa, cache dans une cave. Dans ce quartier gangrené par le trafic de drogue et travaillé par l’islamisme radical, la jeune vétérinaire va se trouver embarquée malgré elle dans un combat entre deux camps qui partagent la même culture de violence.

 

Frise

 

L'aspect "animalier" de l'intrigue m'a tout de suite interpellé... Et la légère ressemblance à Territoires de Olivier Norek a également été un élément déclencheur.

 

Le texte est assez court, 300 pages que l'on ne voit pas passer ! Les chapitres sont courts, la plume fluide et captivante ; les points de vue multiples permettent d'avoir une vision globale et une sensation de mouvement qui accroche directement le lecteur.

 

J'ai totalement accroché au personnage de Sergine : son air bourru et son physique impressionnant laissent deviner petit à petit une femme blessée mais surtout une femme qui se sent obligée de faire le bien autour d'elle pour pouvoir se sentir bien elle-même, c'est d'ailleurs ce qui va se passer dans ce roman. J'ai aimé le fait qu'elle soit impuissante face à la situation, sans aucune légitimité ni aucun pouvoir pour intervenir.

Les autres personnages sont également très intéressants, ayant tous un rôle déterminant dans cette intrigue. 

 

Au départ, je m'attendais à une enquête comme j'avais pu en lire chez Olivier Norek. Finalement, Benoît Séverac se détache complétement du côté policier pour se concentrer sur l'aspect sociétal de son histoire : trafic de drogue, précarité des grosses cités, impuissance des riverains, guerre des services de police, islamisme. Le panel des problèmes de société actuels est large et plutôt bien traité malgré la rapidité du récit, l'auteur ne tombe pas dans la caricature et la justesse des scènes en devient parfois effrayante...

L'aspect vétérinaire et animalier du contexte m'a également beaucoup intéressé malgré des scènes crues de maltraitance, révoltantes mais encore une fois, malheureusement trop réelles pour ne pas être vraies. Concernant l'enquête, mise en retrait, l'auteur insiste tout de même sur les difficultés admnistratives entre les différents services de police en montrant la complexité et l'ambiguité de certains arrangements entre Justice et caïds de la cité.

Le dénouement est peut-être la partie que j'ai le moins apprécié, tirant un peu en longueur concernant le terrorisme. Cependant, à aucun moment, la crédibilité n'est mise en doute tandis que l'action nous rappelle certains évènements réels tragiques.

 

En bref, cette lecture a été une agréable surprise que j'ai dévoré en une soirée ! Benoît Séverac appuie sur ce qui fait mal en s'aidant de personnages attachants, impuissants comme le lecteur qui voit la situation empirer doucement mais sûrement. Les thèmes du terrorisme et du trafic de drogue sont abordés intelligemment, sans caricature ni pathos exagéré.

 

Source: Externe

 

 

Ce roman me permet de participer au challenge Des gages ta PAL ! #10 pour le thème "Un E dans le prénom de l'auteur"

Source: Externe

au challenge ABC 2018, lettre S

Source: Externe

et au challenge Big Bang Littéraire #3, thème "Moins de 400 pages".

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteur

 

Où trouver ce titre ?

 

D'autres avis sur

Source: Externe

 

 

 

-----

thrillers