Ludivine Vancker, tome 2

Source: Externe

Le Mal peut-il contaminer ceux qui le traquent ?

Un go-fast pris en flag qui transporte bien pire que de la drogue… Deux ados qui tirent sur les passagers d’un TGV lancé à pleine vitesse… Des gens ordinaires découverts morts… de terreur.

Le Diable mène le bal, le monde est devenu fou. Lieutenant à la Section de Recherche de Paris, Ludivine Vancker comprend bientôt qu’un fil sanglant relie ces faits divers. Rien ne pourra l’empêcher de remonter la piste à sa source.

Aux racines de la peur.

 

Frise

 

Après mon coup de cœur pour le premier tome La conjuration primitive, il me tardait de découvrir cette suite.

 

Sans grande surprise, on retrouve l'écriture de Maxime Chattam, toujours aussi addictive et efficace.

 

Ce second tome prend place 18 mois après le dénouement de La conjuration primitive : Ludivine essaye tant bien que mal de tenir le coup et de remonter la pente. Après s'être exiler un moment chez Mikelis pour partager son savoir, elle revient à sa place de lieutenant. Segnon, personnage secondaire du premier tome, devient l'enquêteur principal à ses côtés.

Si j'avais félicité l'auteur pour la personnalité de Ludivine, cette fois-ci, elle dépasse un peu les bornes et passe du côté obscur de l'héroïne qui se croit invincible et tout permis. C'est dommage.

 

La construction de l'intrigue est assez similaire à la précédente, c'est d'ailleurs un peu trop ressemblant pour garder le suspense concernant les événements isolés que l'on découvre au départ.

Les scènes de meurtres sont originales et toujours aussi poussées à l'extrême de la violence et de la torture mais le message m'a paru redondant : il n'y a finalement aucune précision apportée, on retrouve le même constat d'une violence qui se généralise et prend de l'ampleur en toute impunité.

Le dénouement est efficace et relance le suspense qui avait pu retomber un peu, tout en éloignant Ludivine du cœur de l'action. L'épilogue est génial et permet de conclure sur une note très positive et digne de l'auteur.

 

En bref, c'est encore un très bon thriller de Maxime Chattam mais qui n'arrive pas à la cheville de La Conjuration primitive malgré de nombreuses similitudes... ou peut-être à cause d'elles finalement ! La barre était très haute, la suite n'était sans doute pas nécessaire.

 

Frise

 

J'ai lu ce roman à l'occasion d'une lecture commune sur le forum des Fêlés des LC.

Source: Externe

Il me permet de participer au challenge gourmand, l'eau : «L'homme derrière son comptoir les fit patienter une dizaine de minutes sans un sourire, sans leur proposer un café ou un gobelet d'eau avant qu'un individu en blouse blanche vienne à leur rencontre.»

 

Source: Externe

et au challenge Des gages ta PAL #5, pour la catégorie «Le nom de l'auteur commence par un M ou un J»

Source: Externe

 

Du même auteur, sur le blog :

La trilogie du Mal : L'âme du MalIn tenebrisMaléfices

Ludivine Vancker : La conjuration primitive

Carnages

Le sang du temps

Autre-Monde, tome 1

 

Du même auteur, dans ma PAL :

Le cycle de l'Homme, tome 2 : Prédateurs

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteurLes autres tomes de la saga

 

Où trouver ce titre ?

 

Source: Externe

 

Source: Externe

 

 

 

 

thrillers